Comment j’ai racheté les dettes de mon ami

Je m’en vais vous raconter une expérience, chaude vous vous en doutez. Coup de fil de mon ami un peu spécial (celui avec qui je vis de temps en temps quelques expériences coquines.

Quand on appelle Lady Nylon

« J’ai besoin de toi ». Ca ne m’étonne que peu, quand on a un cul comme le mien, j’imagine qu’on a souvent besoin de moi 🙂 Il m’explique son affaire : « J’ai acheté à un pote qui gère une magasin de meubles tout un ensemble (canapé, table etc). Il m’a fait des supers conditions de paiement. Mais bon il me reste 500€ à payer . Il aime les jolies filles, les collants, les talons, les asiat. Je lui ai dit que je sortais avec une jolie asiat et que ça serait bien si on s’organisait un dîner. » Et là il prend un petit ton amusé : « ta mission si tu l’acceptes, c’est de le charmer un peu, de l’aguicher et j’en profiterais pour lui demander une remise supplémentaire. »

Proposition indécente

Ma réponse : « euh la dernière fois que je t’ai suivi dans tes aventures, je me suis fait prendre en levrette par un gros libanais ! » Silence. « Non cette fois-ci je t’assure tu n’auras pas à donner tes fesses. Juste à croiser les jambes et faire bailler tes talons aiguilles. »
« Qu’est ce que j’y gagne ? »
« 200€ dès que j’ai de la tune »

L’exhib ne me faisant jamais peur, même plutôt envie, n’étant pas contre 200€, même si c’est pas tout de suite, étant célibataire à ce moment là… je dis oui. Rendez-vous est pris. Ma tenue ? petite robe noire moulante, collant chair transparent, mule. Je me suis dit que ça serait efficace. Qu’en pensez-vous ?

L’ami en question savait que j’allais avoir une tenue qui lui plaisait (à lui aussi) et le cochon a pris des photos toute la soirée (d’où celle de dessus). A votre avis quelle surprise j’avais réservé à mon acolyte ?

Une petite surprise sous mes collants

Rendez-vous était donc pris à l’entrepôt du dit ami dans la banlieue de Paris. Pas super sexy comme lieu de rendez-vous mais plutôt insolite. Nous arrivons. Mes mules claques sur le béton des quais de déchargement. Nous croisons un cariste. Un sifflement d’admiration ponctue notre chemin. Ca commence. En même temps c’est normal : voir une nana comme moi dans ma tenue, dans un lieu comme ça, on ne peut être qu’admiratif 🙂 Petites photos dans l’ascenseur :

On arrive chez le mec des meubles. Il nous accueillent et il ne manque effectivement pas, après m’avoir embrassé, de me mater de haut en bas, surtout en bas ! Bon pas de problème, je suis là pour ça. Il me laisse passer devant et j’imagine fortement que ses yeux ce sont braqués sur mon petit cul bien moulé. Je me dis que la ristourne pour mon pote et bien partie. Et mes 200€ aussi.  Il nous accueille dans un coin de son entrepôt un peu plus cosy. Canapé et petite table. Il nous propose des bières. Rien d’autre de dispo. Ok.

Mes jambes en nylon sur canapé

Je prends le canapé et commence à jouer mon jeu. Jambes bien croisées, cuisses en nylon apparentes. Photo.

Vous bandez pas un peu quand vous me voyez comme ça ? Parce que mon hôte si. Je vois son pantalon se gonfler. On discute. A la 2ème bière j’avais quand même la tête qui tournait un peu. Mon ami en profite un peu : il mets régulièrement sa main sur mon genoux en parlant à son pote. Je ne sais pas si c’est l’alcool ou les hormones mais je commençais à trouver le mec de l’entrepôt pas trop moche.

Je décroise mes jambes de façon à montrer à notre hôte mon atout maître : collant sans culotte. Photo.

Il le voit et commence à avoir du mal à tenir son excitation. Il nous propose une visite des lieux. Je m’intéresse à un objet dans les rayons, quand j’entends les 2 compères pas très loin discuter.
 » Dis donc elle est bonne, tu sors avec ? »
Mon pote réponds : « non, non c’est une « bonne » copine »
Il enchaîne. « Dis donc suis juste pour la dernière traite des meubles. Tu peux me faire une petite rallonge ».
La réponse :  » t’es chiant, je t’ai déjà fait des supers concessions ». Silence.
« Si j’arrive à me faire ta copine, j’efface ta dette. »
Ca se complique pour moi.
Il relance même : « et même je vais te dire, si je peux la prendre comme une chienne ici et maintenant, je lui lâche 200€ »
Décidément je vaux 200€ !

Que faire ? Le mec me plait un peu et ça me ferait 400€…

…. il faut avouer rien qu’au mot « chienne », j’avais commencé à mouiller. Argent, entrepôt, callgirl… tout cela m’excitait grave. Mon pote quitte son ami, en lui disant, « je vais voir ce que je peux faire ».

Il arrive vers moi.
 » Dis mon pote te plait ? »
Moi : « bof ». (ne jamais dire qu’un mec vous plait)
« Ecoute comme prévu, tu lui plais énormément. Il est prêt à effacer mes dettes et même à rajouter 200€ si… »
« Si ?! »
« Ben si il peut te sauter ici et maintenant. »
« Ah. »
Silence
« Je vais voir ce que je peux faire » lui répondis je.

Mes mules claquent sur le sol. Je me dirige vers le maître des lieux.
« Il parait que vous souhaitez « me prendre comme une chienne » ? »
Surprise, un peu de gêne sur son visage. Puis rapidement un sourire vicieux apparaît.
 » Tout à fait mademoiselle. Vous prendre comme une belle chienne que vous êtes. »

Me prendre comme une chienne

Alors qu’il dit cela, sa main passe sur mon épaule, me caresse les cheveux, puis les empoigne. Voyant que je n’oppose que peu de résistance, il approche par la force mon visage du sien et m’embrasse goulûment.  C’était parti. Sa langue s’enfonce littéralement dans ma bouche. Je suce sa langue.

Puis très vite, il me retire les cheveux pour me mettre à genoux à même le sol.
« Montre moi comment tu suces petite salope. »
Il sort sa queue de son pantalon et l’enfourne dans ma bouche.
Je pompe. Je sais que mon pote mate avec plaisir la scène. Double plaisir : ses dettes s’envolent, et il adore, comme vous le savez, me voir prise de la sorte par un inconnu.

Le maître des lieux a manifestement de grosses couilles qu’il me fait lécher abondamment. Je ne sais pas trop combien de temps je me retrouve comme ça à sucer le mec. A un moment je sens mes cheveux tirés vers le haut. Je me relève.
« Viens, on va voir le mur d’un peu plus près. »
Mes mules claquent à nouveau sur le sol. Je me sens poussée face contre mur. Machinalement, je me cambre et lui offre mon cul. Il remonte la petite jupe, et d’un coup déchire mon collant. Il met une capote et s’enfonce en mois d’un coup d’un seul.
Je mouillais tellement que c’est passé tout seul.

Le mec prenait son pied. Encore heureux : ma chatte accueille extrêmement bien les belles queues. Il me prend littéralement comme une chienne : il me tire les cheveux pour me faire plus cambrer, me claque les fesses en me demandant si j’en veux encore. Je peux à peine répondre tellement j’ai le souffle court. Il parle à mon pote tout à côté :
« Putain ta salope de copine a un cul d’enfer. »
Je sens sa queue jusqu’au plus profond de moi.

 « Oh purée, je vais tout lui mettre sur la gueule. »
Il sort sa queue et me fait baisser au niveau de sa queue. Je reprends à peine mon souffle quand il me pose ses couilles sur ma bouche. Je lèche pendant qu’il se branle. Il faut à peine quelques secondes pour que je sente un flot chaud de sperme couler sur mon front puis sur mon visage. Je ne vois plus rien, je sens juste ses coups de queue sur mes joues. Queue pleine de sperme qu’il enfourne à nouveau dans ma bouche : « allez nettoies ma queue petite salope. » Je lèche tout le sperme que je trouve. Il va même jusqu’à ramener avec ses doigts le sperme sur mon visage dans ma bouche. Je lui lèche les doigts.

« Ahhhhhh, ça fait du bien. »
Je me relève avec un sourire gêné. Les jambes encore un peu tremblantes, le collant déchiré au niveau des fesses. Mon ami m’amène un verre d’eau et un mouchoir. L’événement passé, j’avais envie de quitter les lieux rapidement. Le mec remet les 200€ à mon pote. Je le salue, nous partons. Je me remets des émotions. Mon pote arbore un large sourire. Je croyais que c’était fini…

Quand y en a plus…

Le visage avec encore un peu de sperme nous partons du local. Je sens mon ami tout excité par la scène qu’il vient de voir. J’avoue encore être très excitée par ce scénario digne d’un film X. Je me surprends même à lécher le coin de mes lèvres pour regoûter au sperme du mec, histoire de continuer le trip.

Nous prenons le monte charge pour descendre. Je réajuste mon collant déchiré au niveau de mes fesses, histoire qu’il ne tombe pas totalement. Et puis mon ami stoppe le monte charge : « tu ne vas pas me laisser comme ça ? »

Il joint l’acte à la parole : il se met dans mon dos et me cambre . Je ne sais pas si j’étais fatiguée, ou excitée ou si je l’ai fait machinalement mais je me cambre. Il s’enfonce direct en moi. Je relèche mes lèvre en goûtant à nouveau au sperme du précédant mec. Puis il me met ses doigts dans ma bouche. Les coups sont francs, fort. Il me lime bien et je m’aperçois que je ne pense plus qu’au plaisir que je prends.

Il finit par jouir dans sa capote mais m’ordonne de me mettre à genoux devant lui. Là encore je ne réfléchis pas, ou plus.  Il enlève sa capote. Je m’attendais à le sucer …. mais pas du tout. Sans rien me demander, il vide sa capote sur mon visage ! Manifestement mon visage est excitant, tout le monde a envie de se vider dessus ce soir là !! Le sperme coule une fois de plus sur mon front pour descendre sur le reste de mon visage.

 » Tiens nettoies la capote »  et je me mets à lécher l’intérieur de la capote, pour ne laisser aucun goûte. Il ramène le sperme de mes joues dans ma bouche avec ses doigts. Je lèche pour bien nettoyer. Après de longues minutes à bien avoir tout lécher, j’ai enfin le droit à un mouchoir. 2 rasades de sperme pour la soirée, j’avais plutôt été gâtée.
 » du bon boulot » conclue t il. 

Vous allez me dire qui peut résister à un cul comme le mien:) !!

Ces articles de notre blog devraient vous faire plaisir

Lady Nylon

Lady Nylon

Lady Nylon, superbe asiatique aux courbes démoniaques, répond aux désirs de ses différents amants avec une ferveur rare. Les collants, bas nylons et talons aiguilles sont ses armes préférées. Elle nous raconte ses histoire avec délectation...

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *