Comment ma femme en est venue à coucher avec son patron

Vous le savez si vous êtes des fidèles de Ma Femme Est Une Salope : ma femme couche avec son patron. Mieux elle est sa secrétaire salope. Il la baise un peu quand il veut. Ca lui arrive même de la partager. Je vous l’ai suffisamment raconté ici même.

Je vous ai aussi raconté que c’est le point de départ de notre aventure candauliste : je l’ai découverte un soir au bureau en train de se faire baiser par son patron. Et j’ai aimé ça.

Depuis, il ne se passe quasiment pas une semaine sans que le patron ne bénéficie des services très particuliers de ma femme. Ca ne gêne personne, bien au contraire : le patron est aux anges, ma femme aime ce jeu de domination et moi j’adore quand elle me raconte tout.

Mais je ne vous ai pas raconté l’origine de cette relation sexuelle au travail. Origine qu’à l’époque je n’ai pas su puisque ma femme me l’avait caché.

Mais depuis, elle m’a tout raconté. Et oui c’est une sacrée salope.

L’entretien d’embauche : jouer avec ses charmes

C’était il y a déjà un bout de temps. Ma femme postule au poste de secrétaire administrative rattachée au boss de la boîte en question.

Comme à son habitude, pour l’entretien, elle s’habille classe mais sexy. Talons aiguilles, petite jupe, chemisier blanc. Si vous êtes une femme vous savez de quoi je vais parler : lorsqu’elle est rentrée dans le bureau de ce patron, elle a tout de suite sentie qu’elle lui plaisait physiquement.

ma femme est une salope

C’était un peu sa tenue du jour

Il faut bien avouer qu’à ce moment là, elle se disait que le job était déjà à 50% dans sa poche. La 1ère impression…

L’entretien se déroule. Elle semble rentrer parfaitement dans la recherche pour le poste. Elle remarque que le patron a du mal à fixer ses yeux. L’entretien ne se passe pas tout à fait en face à face : ils sont sur une table ronde et chacun a croisé ses jambes « à l’extérieur » de la table.

Si bien que les jolies jambes de ma femme, gainées d’un collant chair, sont tout à fait visible. Un atout dont ne se prive pas ma femme.

Le regard donc du boss (entre 55 et 60 ans, la bedaine, cheveux blanc) se porte régulièrement sur les jambes de ma femme.

Il ne fait aucune allusion pendant l’entretien.

Ma femme se permit un tout petit geste. Un petit geste de rien du tout, qui peut être pour la plupart ne veut rien dire mais pour les fétichistes, les amoureux des jambes et du nylon, l’effet est dévastateur.

Ma femme le sait puisque je suis comme ça.

Ma femme donc fait bailler son talon pendant l’entretien. Du dangling oui. Discret mais efficace : le patron a bien regardé ce talon et ce pied nyloné qui se balance.

Ma femme le faisait en connaissance de cause : c’est presque une manière de dire qu’elle est open.

ma femme en dangling dans la rue ma femme en dangling

L’entretien se termine. En sortant de la pièce, ma femme sent le regard du boss sur son cul.
3 jours plus tard, elle était embauchée.

La provocation de ma femme

Les 3 premières semaines ma femme s’adapte à ses nouvelles tâches, à l’entreprise, au patron. Une période d’adaptation pas si évidente. Les femmes de l’entreprise déjà présentes la juge trop sexy et lui mettent des bâtons dans les roues. Les mecs de l’entreprise la matent (bon ça elle aime bien) mais tentent en permanence de la draguer.

A la limite pourquoi pas, mais quand en plus il faut gérer de nouvelles tâches, c’est pas évident.

Puis il y a la bourde. Fatiguée, un jour elle commet une belle boulette qui fait carrément perdre un contrat à la boite. Seul le patron était au courant. Il était pas joisse. Ma femme avait beau être sa protégée, il l’avait mauvaise.

Période d’essai non terminée. Il pouvait la virer.

Mais il faut avouer que pendant ces 3 semaines, ils avaient développé une certaine connivence. Toute professionnelle, mais ils étaient sur la même longueur d’onde. Evidemment il la matait régulièrement mais sans jamais rien tenter (il est quand même marié).

Ma femme a l’habitude de faire des petites blagues pour provoquer un peu. Et comme elle aime bien le sexe, elle n’hésite pas à faire des blagues là-dessus (oui je sais c’est rare pour une femme, la mienne est formidable 🙂 ).

Alors que son patron parlait tout haut pour essayer de voir comment récupérer la bourde (et qu’il ne voyait pas comment), ma femme lance une phrase sortie de nulle part :

« Bon si ça peut faire passer la pilule Michel, je peux vous faire un striptease. Mon mari dit que je les fais très bien. »

Cette phrase eu l’effet d’une bombe. Oublié la bourde, le Michel est resté bouche-bée.

« Ah bon ? vous ne l’avez pas mis dans votre CV Sandy cela.  » Il continue sur le ton de l’humour.
« C’est une compétence rare. Oublions la paperasse, vous repassez à 19h à mon bureau pour qu’on en parle ? »

Je rentrerais un peu plus tard

Je reçois alors un petit SMS :
« Chéri, je dois bosser un peu plus tard ce soir. »

Je ne me doutais pas du tout.

Alors elle m’expliqua que toute l’après-midi, elle gambergea : peut-être était elle allée trop loin, peut-être il allait vraiment demander le striptease, peut-être rigolait-il…

19h ma femme frappe à la porte du bureau.

« Sandy j’ai bien réfléchi à votre proposition, qui m’a d’abord beaucoup surpris c’est vrai. Mais je l’accepte avec plaisir. Si ça tient toujours. »

Ma femme ne se démontant pas, toujours prête à relever des défis insolites, se lance.

Improbable quand même comme situation.

Debout, elle commence à déboutonner son chemisier. Tout en se dandinant, elle fait disparaître son soutien gorge. La voilà seins nus dans le bureau de son patron. Elle m’expliqua qu’elle se prenait au jeu et que la situation l’excitait beaucoup.

Elle se retourne et fait remonter sa jupe pour faire apparaître son joli cul en collant. Pour vous dire, la coquine, avait enlever sa culotte dans l’après-midi.

Il restait médusé devant ce joli cul. Elle commença à vouloir baisser son collant mais :

« Ah non gardez le, je suis fan du nylon en général, et ce collant habille parfaitement votre cul. »

le cul de ma femme en collant

Le patron applaudit.

« Quel spectacle Sandy. Je suis ébloui. Ecoutez je vais vous faire une proposition totalement indescente que vous êtes en droit de refuser. Vous ne serez pas mise à la porte pour autant. J’ai pensé à cette situation toute l’après midi.

Je dois vous avouer que cela m’excite énormément. Je me suis amusé à vous mettre par écrit ma proposition. Evidemment ce n’est pas un contrat, et je ne vous laisserais pas le papier que je vais détruire ensuite. C’est une sorte de contrat libertin. C’est un fantasme que j’ai. Et que j’ai mis noir sur blanc.

Encore une fois vous êtes entièrement libre de refuser. Pour vous donner un gage de confiance, voici le papier qui valide votre période d’essai. Vous êtes officiellement en CDI. Et votre choix future sur cette offre n’aura aucun incidence.

Je vous laisse lire. »

Ma femme toujours à moitié nue sur la chaise s’empare du faux contrat.
Le titre du poste : « Secrétaire salope ». Oui je vous jure. Le mec est totalement parti dans son fantasme.

Ma femme est plutôt du genre concise. Après avoir lu l’intitulé du poste, elle va en bas de la page, là où le symbole € apparaît. Elle s’aperçoit qu’il lui propose de doubler son salaire.

Oui ça fait un peu pute, mais si vous nous lisez, il faut savoir que ça fait parti de ses fantasmes.

Alors du coup, elle décide de lire toute la littérature. Il a essayé de lister toutes les situations auxquelles il pensait.
Par exemple, il était écrit que Sandy devait le sucer au moins une fois par semaine (en avalant).

Qu’il pourrait être amené à utiliser ses charmes pour la signature de contrat.

Qu’il pourrait la prendre aux heures de repas.

Qu’il pourrait lui demander de mettre telle ou telle tenue. etc etc etc

Ma femme était à ce moment là très excitée. Par son striptease. Par cette situation. Par l’argent. Bref EXCITEE.

Elle prend un stylo : raye la mention du salaire et ajoute 1000€ de plus. Et signe.

Elle tend le papier (qui n’avait aucune valeur juridique évidemment) à son patron, en le regardant droit dans les yeux. Un regard de feu m’a t elle expliqué que son patron lui rendait bien.

Il regarde la rature. Et dit : « accepté. »

Et ma femme enchaîne :
« Pour sceller ce contrat cher Michel, je ne vous propose pas une poignée de main mais plutôt une pipe bien goulue, une autre de mes spécialités. »

Le Michel ne dit mot. Il ouvre juste sa braguette, d’où son sexe, certes un peu rabougrit jailli.

Elle se met à 4 pattes et le suce dans son bureau. Une scène devenue classique pour nous maintenant.

Michel ne mis pas 2 minutes pour jouir dans la bouche de ma femme.

Elle venait de signer encore une fois pour un nouveau boulot…

C’est une expérience libertine très spéciale je vous l’accorde. Il faut bien voir que nous n’étions pas, et ne sommes toujours pas, dans le besoin. Ma femme aurait pu trouver un autre job. Mais il faut bien avouer que cette situation l’a excité et l’excite encore. Un jeu de domination qu’elle pratique avec plaisir et par choix.

Que pensez-vous de tout cela ? Moi ça m’excite toujours autant (ma femme aussi). Seriez-vous prêt à accepter que votre femme joue ce genre de jeu ?

Vos recherches coquines pour arriver ici :

  • ma femme se fait baiser au travail
  • femme offerte dans restaurant
  • femmes salope racnte
  • récit ma femme a fait de moi un pédé
  • Récits de femmes qui découvrent la soumission totale
  • ma femme aime ecxiter les homme quel salope
  • ta queue est plus grosse que celle de mon mari
  • je vous donne mon épouse a baiser
  • je donne ma femme à dautres hommes
  • jai fait la pute dans un bar montant un soir
Luc

Luc

Mari comblé et candauliste de Sandy. J'adore écrire les aventures de ma femme. Mais je crois que je préfère encore les voir en vrai...

4 Comments

  1. Bonjour,
    Ce début de candaulisme est très bien raconté et il est des plus excitant… Qui n’a pas rêvé de ce cas de figure si fantasmé! La signature de ce contrat libertin avec son boss est par contre par commun, et montre les désirs de Sandy et son patron d’être dans une situation de pure libertinage… Cela doit être très excitant!
    Cette histoire me rappelle une que j’ai vécu dans mon travail avec une secrétaire, mais un peu moins formalisé et hiérarchisé! Du coup, votre histoire a eu un écho certain sur moi;)

    Vous formez un beau couple, continuez ainsi (tout comme vos apéros que je serai ravi de partager!)

    Bises libertines

  2. J’adore les chaussures que vous portez sur la photo assise en terrasse d’un café. J’aimerais vous en offrir d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *