C’est la patron qui a la sonnette

A vrai dire je n’avais plus tellement faim tellement l’excitation me donnait la boule au ventre. D’un côté mon mari, autant excité mais ne l’assumant pas trop, de l’autre mon patron, que je venais de sucer dans les toilettes de la maison familiale. Et je le rappelle : physiquement entre mon mari et mon patron, il n’y a pas photo, mon mari est beaucoup plus beau ! Mais c’est une question de pouvoir…

Et c’est bien de ça dont il s’agissait ce soir là : je voulais me mettre entièrement au service de mon patron, devant mon mari, voir même que mon mari favorise le bien être de mon patron. Je décide de sortir mon joker. Les deux hommes sont assis à table, j’interviens :
« Ce soir je vous propose quelques règles de dîner. »
Silence…
Je sors ma petite sonnette d’hôtel et je la met sur la table à la droite de l’assiette de mon patron.
« Cher patron, quand vous avez besoin de quelque chose, vous n’avez qu’à sonner. Si c’est dans mes compétences c’est moi qui interviendrait, si ça ne l’est pas, ça sera Luc. »

Luc ne dis rien observe le petit manège entre surprise, interrogation et excitation. Grand sourire du patron :
« Mais… tous les services que je désire ? »
« Oui comme au bureau. » lui répondis je.

Il ne se fait pas prié et tente sa chance une première fois.
[il sonne]
« Que puis je pour vous donc ? »
« Et bien j’aimerais qu’on me serve l’entrée. »
« Là, c’est quelque chose pour Luc. Luc tu veux bien ? »
« Oui pas de problèmes ».
Luc se lève et va chercher l’entrée.
Tout marche comme sur des roulettes.

La sonnerie retentit de nouveau. Mon mari est à la cuisine, la porte ouverte, qui est à quelques mètre de la cuisine : on entends tout.
« Oui que puis je pour vous ? »
« Que vous enleviez votre culotte. »
Grande première : mon patron vient de me demander un acte coquin devant mon mari. La ligne est franchie. Luc ne sort pas de la cuisine. C’est un go.
Bien sûr, c’était un test, mon patron savait que je n’avais pas de culotte (cf le précédent article).
Je remonte ma jupe, lui montre ma chatte bien nue, juste au dessus de la démarcation de mes bas blancs.
« Mais voyons je n’en ai pas ! »
Sourire amusé du patron, qui retape illico presto sur la sonnette.
« Que puis je pour vous ? »
« J’aimerais que vous me léchiez l’index. »
Luc entre à ce moment là avec l’entrée.
Je ne m’arrête pas pour autant, et me met à lécher, voir engloutir l’index de mon patron dans la bouche. Je lui astique le doigt avec la bouche sous le regard désormais amusé de mon mari, qui est en train de servir l’entrée.

La soirée était lancée…

Ces articles de notre blog devraient vous faire plaisir

Sandy

Sandy

Mariée et salope, j'assume pleinement ma passion pour le cul, dont j'en fais presque un métier. Ouverte à toutes les propositions, je m'amuse à repousser mes limites...

9 Comments

  1. je me demandais quand vous passeriez à table 😉

    PS : pour cette fin d’année un petit cliché hors série, en cadeau ?

    • oui c’est vrai on sait, on est un peu short en temps en ce moment mais rassurez vous pas en envie…

  2. hello Sandy, hello Luc,

    te souviens tu Sandy de la photo que je t’avais envoyé ?? (photo de ma b…..avec une photo de toi en fond!) tu m’avais dit : »j’aimerais que tu me prennes comme sur la photo! » Mais penses tu que Luc serait d’accord ?? quand je vois tes jambes, ton beau petit cul tes belles et longues jambes, qu’est ce que j’aimerais te baiser !!!
    kiss

    • Hello Paulo,
      C’est Sandy. Bien sûr que je me souviens de ta belle queue, j’avais adoré la vue… Je me permet de répondre à la place de mon mari : c’est pas qu’il serait d’accord, c’est qu’il adorerait que je me fasse baisé par un fan du blog ! tu es dans quel coin ?

  3. hello ma cochonne préférée,
    pour répondre à ta question, je suis entre Blaye et Bordeaux .
    kissssssssssssssssssssss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *