L’infirmière qui suce

J’avais donc réussi mon entretien d’infirmière salope. Oui en quelques minutes je sais être convaincante. Et puis cet infirmier métisse me semblait étrangement à l’aise à l’idée de rencontrer comme ça une nana qui avait envie de se faire baiser. Il me semblait être un vieux de la vieille. Très adapté pour une expérience candauliste.

Après ce coup de fil avec mon mari, il était sorti de ma chambre pour revenir quelques minutes plus tard.
« Tenez » me disait il en me tendant une blouse d’infirmière. Il s’assoit dans le fauteuil de la chambre pour me regarder m’habiller. Mon stage avait officiellement commencé.

J’enfile donc ma blouse. J’enfile mes compensés. Oui c’est ce que j’ai trouvé de plus approchant des chaussures de service dans un hôpital. Ok pas très convaincant mais c’est moins voyant que des Louboutins. Des compensés assez haut perchés avec des lanières devant et sans sangle sur le talon. Luc adore ma baiser avec. Il est 23h30, nous partons en tournée d’inspection de nuit.

Je suis totalement intimidée. Je suis en train de me balader en pleine nuit dans l’hôpital avec un infirmier, en blouse blanche et porte-jarretelle. Et compensés. Je ne connais pas du tout le milieu hospitalier. Je m’attends à tomber nez à nez avec un malade ou des brancardiers.
« Vous savez ici la nuit c’est tranquille. Nous ne sommes pas un service d’urgence, donc la nuit on est finalement assez libre même si on surveille bien nos patients. »

« Ah dites j’ai vu que vous portiez un string ? »
« Oui il vous plait ? »
« Non pas du tout. Une vraie salope dans nos services ne met rien du tout. Veuillez l’enlever. »
« Ah oui, euh ici dans cette salle par exemple ? »
« Non ici. »
« Euh au milieu du couloir. »
« Oui.
« Ok. »
Je relève ma blouse pour enlever ce string malvenu. Je lui tends.
Il le jette dans une poubelle. C’est parti me dis-je.

Nous arrivons dans le hall d’accueil avec les téléphones et postes de secrétaire. Un vaste hall plongé dans l’obscurité puisque fermé pour la nuit.
« Tenez venez par là ». Il ouvre un petit batant pour passer derrière la banque d’accueil. Des papiers, des écrans d’ordi, des post-il, des téléphones. Il s’assoit sur une des chaises de bureau.
« Bon y a une des secrétaires qui me fait bander grave. J’ai jamais pu me la faire. Et je dois vous avouer que j’ai toujours rêver qu’elle me suce ici même. Désolé ce n’est pas encore vraiment un boulot d’infirmière mais de secrétaire là. »
Je souris. « Ca tombe bien, je suis secrétaire ».
« Ah vous connaissez le boulot alors (il ne croyait pas si bien dire). Au travail alors. »
Il sort son énorme queue. Vraiment énorme.
Je m’approche, me met à genoux et commence le pomper.

« Tiens si on passait un petit coup de fil au mari ? » me dit-il en décrochant un téléphone à portée de main.
« C’est quoi son numéro ? »
Entre chaque lampée, je donne un chiffre. Alors que cela sonne je sors la bouche pour parler à mon mari.
Mais de son autre main, il me tire les cheveux et me dit : « T’arrêtes pas salope. »
Je continue.

J’entends mon mari.
« Oui écoutez je voulais vous tenir au courant des progrès de votre femme, je vous la passe. »
Une fois de plus je relève la tête. Mais une fois de plus, il m’enfonce la bouche sur sa queue. Si bien que mon mari n’entends que les bruits du succion de ma bouche sur cette belle queue métissée.
« Bon elle est en plein boulot comme vous avez pu l’entendre. Oui… ravi d’entendre votre satisfaction. »
Il raccroche. Luc doit être aux anges.

Puis soudainement je relève la tête. Je viens de voir la caméra de surveillance.
« Ah ça ? Oui, oui elle tourne. Mais bon c’est Billy aux manettes. Non seulement il doit pioncer mais en plus les bandes sont effacées toutes les 48h si rien ne se passe. » Je me remets au boulot.
« Bon par contre si il bouge son gros derrière et qu’il nous a vu, faudra le sucer pour éviter tout problème. »
 » Pas de problème. » disais je en sortant la queue. Il faut bien l’avouer à ce moment j’étais prête à sucer tout un régiment.

Il me relève la tête.
« Bon c’est pas mal. Tu suces bien. »
Je me relève.
« Par contre on va élever le niveau un peu. » Nous étions sortis du box. Il me déboutonne la blouse en bas jusqu’au niveau de ma chatte. Juste en dessous de ma chatte, mettant en avant mes beaux bas blancs.
« Comme ça si on croise quelqu’un, il comprendra tout de suite que vous êtes une salope. »
« Très bien. »

Nous poussons un porte battante pour rentrer dans une nouvelle aile du bâtiment. Et un nouveau test.
A suivre…

Vos recherches coquines pour arriver ici :

  • infermiere hors norme qui baise
  • ma femme fait la trainée
  • candauliste reusis
  • infirmiere suce son patient et avale
  • linfirmiere le suce
  • linfirmiere me fait bande

Ces articles de notre blog devraient vous faire plaisir

Sandy

Sandy

Mariée et salope, j'assume pleinement ma passion pour le cul, dont j'en fais presque un métier. Ouverte à toutes les propositions, je m'amuse à repousser mes limites...

6 Comments

  1. j’ai l’impression que la nuit a été longue (pas que la nuit d’ailleurs), une petite photo peut-être ?

    • 🙂 oui longue et bonne comme je les aime ! Mais non je n’ai pas fait de photos ce soir là, je me suis concentrée sur mon nouveau rôle d’infirmière et un peu oublié celui de blogueuse ! D’ailleurs avec la suite, tu comprendras que vraiment je ne pouvais pas faire de photo…

  2. Un magnifique histoire…hâte de connaître la suite… Sandy vous êtes une délicieuse salope…j’adore!

    • Merci Guillaume ! tu ne devrais pas être déçu par la suite, comme moi d’ailleurs :p

  3. Bravo madame, la vision de vos charmes me fait vibrer de haut en bas !!! et surtout au milieu !

    Bises, un nouvel admirateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *