La Bricogirl en mode exhibe

Comme vous l’avez lu la dernière fois, j’ai découvert que mon copain était candauliste. Pour tout dire, c’est une découverte pour lui aussi qui n’avait jamais pratiqué le libertinage avant. Mais quand on voit sa femme se faire enfiler par deux inconnus sous ses yeux, et qu’on aime ça, on est candauliste.

Et comme ce n’est pas pour me déplaire, et que je suis plutôt en mode salope en ce moment, j’ai proposé à mon cher et tendre de remettre le couvert et de trouver un petit jeu coquin à faire. Vous connaissez l’imagination des hommes à ce moment là : elle carbure. Mon homme se souvient d’une connaissance qui bosse dans un grand magasin de bricolage.

« Ca serait marrant que tu t’exhibes dans ce contexte ? »
« Oui mais pas aux heures d’ouvertures. Faudrait qu’il nous fasse rentrer hors des heures grand public. »
« Ok je vais l’appeler. »

Le lendemain on en reparle.
« Il est ok !! Je lui ai envoyé une photo de toi. Il te trouve « ultra bonne ». »
« Cool 🙂 »
« Et pour le risque qu’il prend, il est ok pour que tu t’exhibes mais il aimerait que tu le suces. »
« Ok. »

Oui ma réponse peut vous paraître ultra rapide mais quand je suis dans ce genre de contexte, je ne réfléchis pas trop. Je me voyais déjà en train de sucer un inconnu au milieu des perceuses. Beau, pas beau, grand, petit… je m’en fou. Donc j’avais déjà prévu le coup et ça m’excitait.

Rendez-vous est donc pris un mardi soir. Le magasin ferme à 20h. Le mec en question nous avait confirmé qu’il n’y avait aucun soucis. Nous voilà donc devant l’entrée de service à 20h30. Je ne m’étais pas embarrassée comme nous venions en voiture : j’avais mis ma tenue coquine directement sous mon imper. Une petite nuisette rose, des collants blancs et des mules.

Comme prévu le copain nous ouvre. Je le découvre. Lui ne me découvre pas mais me mate de haut en bas avec un sourire qui en dit long. Ca me plait. Je suis là pour ça. Lui est quelconque pour être franche.

Nous entrons, j’ai le droit à une petite tape sur les fesses en passant. En fait nous ne rentrons pas vraiment dans le magasin. Nous restons dans le stock. Mais c’est déjà une belle aire de jeu. Je m’empare d’une perceuse et mon homme commence à faire quelques photos.

Le mec du magasin donne aussi ses petits ordres :
« Tiens, faudrait qu’on voit plus son cul quand même il est magnifique. »
Je m’exécute.

Puis il est rapidement temps de passer à la caisse. Le mec se branlait déjà en me regardant poser pour les photos. Un petit coup d’oeil coquin à mon homme qui bande comme un fou (mais qui a laissé sa queue à l’intérieur) puis je m’agenouille devant le magasinier qui n’attend pas une seconde de plus pour enfourner sa queue dans ma bouche.

Une pipe virile comme je les aime où je sens le plaisir de mon partenaire comme je sens le regard excité de mon homme. De « allez suce petite salope » au « je vais tout te mettre dans la bouche », ma langue parcourait la queue de cet illustre inconnu. Mon homme ne bougeait pas, saisi par l’excitation.

 

Mais comme vous le savez rien se passe jamais comme prévu. Le mec se vide effectivement les couilles dans ma bouche. J’avale consciencieusement tout le sperme qu’il balance. Quand soudain nous entendons :

« Vous faites quoi là ? »

Tous les 3 très concentrés sur notre sujet (moi j’avais la tête sur une bite je ne pouvais quand même pas surveiller en même temps !), nous n’avions ni vu ni entendu arriver le vigile. Bah oui pas con, y a des vigiles dans un magasin comme ça…

Le mec qui nous avait accueilli, qui se remettait à peine de ses émotions, se voyait déjà au chômage. Tout rouge, confus, en train de se rhabiller, il bafouille quelques mots que personne ne comprend. La situation est cocasse. En tout cas cette situation d’imprévu me plaisait en fait.

Il n’y avait rien à dire ni à expliquer. Le vigile a tout de suite compris le plan cul, délire dans un grand magasin. Ne me démontant pas, je me relève, la bouche encore pleine de sperme dégoulinant et je m’approche du vigile.

« Je peux peut-être arranger ça. »

Comme tous les vigiles, ou presque, c’était un beau black, la bonne quarantaine, bien balaise, un poil bourru.
Je me mets à ses pieds et commence à lui descendre la braguette. Il ne dit mot et se laisse faire.

Une queue énorme jaillit de son caleçon. Je commence à lui goûter le bout du gland, et lui lèche sa queue tout en longueur. Il se détend et commence à me tirer les cheveux pour me faire aller où il souhaite. Je lèche copieusement ses couilles. Mon homme devait être aux anges : deux bites pour le prix d’une ce soir là…

Impossible de le prendre entièrement en bouche, je ne sais pas faire les gorges profondes ! Mais le mec aime manifestement que je lui lèche les couilles. Et même un peu en dessous. Puis son pantalon tombe. Je suis littéralement sa chose. Il me tire les cheveux, se tourne et me met la tête dans son cul pour que je lui lèche l’anus. Ce que je fais. Je ne l’avais encore jamais fait à mon mec, et là sous ses yeux, j’étais en train de lécher le cul d’un inconnu.

Il me tirait les cheveux pour m’enfoncer encore plus dans son cul. Je me sentais énormément salope, même chienne à ce moment là. Il me ramène au niveau de ses bourses et se branle sur mon visage pendant que je lui lèche les bourses.

Il finit par me tirer légèrement les cheveux pour m’arroser le visage d’un sperme épais et abondant. Son sperme dégouline. Je ferme les yeux mais ouvre grand la bouche et la langue. Il finit par me bifler et taper sa bite contre mes joues pour se finir.

« hhhmm une bonne petite chienne » conclut-il.

En se rhabillant il nous dit qu’il faut pas rester là quand même. Je remets mon imper, je prend un mouchoir pour m’essuyer le visage. Mais mon homme s’approche et avec son doigt ramène le sperme de mes joues jusqu’à ma bouche. Je lui lèche le doigt en le regardant droit dans les yeux.

Je crois que nous nous sommes bien trouvés…

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *