Comment ma femme est devenue une salope (naissance du blog)

Je suis marié avec ma femme depuis déjà quelques années. Nous avons une vie sexuelle nous allons dire banale. Jusqu’à peu. Sandy est secrétaire dans une grosse PME de la région de Bordeaux.

Ma femme est plutôt du genre sexy : bas nylons, jupes courtes, talons aiguilles… elle aime qu’on la regarde. Mais j’ai découvert qu’elle aimait un peu plus que le regard. Je vais vous raconter ici les débuts de notre couple candauliste, comment j’ai découvert que non seulement ma femme était une salope mais qu’en plus j’adorais ça alors que je suis un mari « classique », non libertin à la base et plutôt jaloux.

Et qui dit naissance de notre candaulisme, dit aussi naissance de notre blog Ma Femme Est Une Salope.

Ma femme infidèle

Un jour, où le matin pour aller au travail elle avait mis un porte-jarretelle et des bas nylons (couleur chair pour les connaisseurs), j’avais décidé de venir la voir au boulot plus tôt.

J’avoue à ce moment là avoir quelques doutes sur sa fidélité et j’ai voulu voir… je n’ai pas été déçu.

Sandy est la secrétaire du boss de cette PME : la fin cinquantaine, pas spécialement beau, un peu bedonnant. Je décide donc d’aller en fin de journée, vers 18h30, retrouver ma femme à son bureau pour lui faire une surprise.

Nous avions rendez-vous à 20h dans un resto pour une petite soirée ensemble. Je suis connu dans sa boite donc pas de problème pour monter à l’étage des bureaux. A cette heure ci il n’y a personne. J’arrive près de son bureau. Il est tout éteint.

Alors que je vois de la lumière sous la porte du bureau du boss. Je décide d’entrer discrètement dans le bureau de ma femme qui n’est séparé de celui du boss que par une porte de verre et un baie vitrée. Et j’ai vu.

Ma femme, chemisier dégrafé, buste plaqué contre le bureau, offrant son cul à son boss en train de la limer.

ma femme en bas nylons chairs

Sa jupe était bien relevée, laissant apparaître les bas chairs. J’étais dans le noir et dans leur action ils ne pouvaient pas me voir.

Il la prenait donc en levrette en lui tirant les cheveux pour qu’elle se cambre. Il l’insultait même en la baisant : « alors salope t’aime ça hein ?! ». Elle  de répondre : « oui vas-y défonces moi ».

J’étais sous le choc.

Puis assez rapidement je dois dire, j’ai bandé.

Je ne comprenais pas trop mais j’étais excité. Ma femme se faisait baiser comme une salope sous mes yeux et ça m’excitait.

Je me demandais ce qu’il se passait. Puis il lui intima l’ordre de se mettre à genoux, enleva sa capote et commença à mettre sa queue dans la bouche de ma femme. Une fois de plus il lui tirait les cheveux pour jouer avec sa tête. « allez suce ton patron ». On aurait dit un film x.

Il finit par sortir sa queue et se branla sur son visage qu’il finit par arroser d’un sperme épais. Il lui demanda de lécher son sperme. Ce qu’elle fit. Je décida à ce moment là de m’éclipser. J’attendrais ma femme au resto et nous allions avoir une petite explication…

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Elle aime être salope

Je l’attendais donc au resto. Totalement paumé. D’un côté un énorme dégoût et 1000 questions : elle le fait depuis longtemps ? suis je mal tombé ? prend-elle du plaisir ?… et de l’autre un début de quelque chose qui me taraudait : j’avais tout de même bandé devant cette scène ! Sandy arrive quelques minutes en retard. Elle avait encore ses bas nylons. A ma tête elle comprends que quelque chose se trame.

Je lui déballe tout. Je la vois livide.

Je ne savais pas quoi ajouter à mon récit : ni ultimatum, ni pleurnicheries, ni même les questions que j’avais en tête.

C’est elle qui reprit la conversation et je n’ai pas été déçu.

Depuis des années que nous sommes ensemble, elle prenait de moins en moins de plaisir au lit.

Manque de fantaisie principalement. Il y a 4 ans, il y eut comme un déclic.

Elle avait postulé à la boîte où elle est aujourd’hui. Lors du 3ème entretien, elle rencontra le patron.

Lourds de sous entendus, de regards, il lui avait fait comprendre qu’elle y gagnerait beaucoup à être gentille.

Elle m’expliqua que cette proposition indécente ne la choqua même pas sur le coup et qu’elle l’excita plutôt qu’autre chose.

Je n’irais pas dans les détails, puisqu’elle vous racontera elle même cet entretien sur ce blog, mais ce soir là il la baisa sur le bureau.

ma salope de femme

Et ce n’était que le début d’une longue liste incroyable… (je vous rassure vous aurez les détails aussi). Elle parlait, elle avait l’air de se libérer mais sans remords ni regrets. Elle était contente d’en parler avec moi. Sans presque envisager qu’elle m’avait trompé. Et pas qu’un peu.

J’étais encore plus perdu qu’au début du dîner. Je ne m’attendais pas à ça.

Elle m’expliquait qu’elle se sentait salope : elle aime se faire baiser, dominer, à peu près par n’importe qui (le physique n’étant pas son 1er critère)… qu’elle avait même eu des expériences avec l’argent. D’un air presque détaché, elle m’expliquait qu’elle comprendrait si je voulais le divorce.

Mais que de son côté elle souhaiterais continuer l’aventure avec moi mais pas comme avant. « En transparence ». Elle ne voulait pas arrêter de baiser à côté mais elle voulait rester avec moi.

Quelle proposition !! J’étais au plus bas… mais comme une sorte de batterie de secours je me souvins que de la voir se faire baiser m’avait excité.

Je lui demanda de me raconter en détail une de ses expériences. L’effet fut immédiat : cela m’excitait. Incroyable. L’idée d’un pacte faisant en moi son chemin. Contre toute attente je commençais à envisager cette possibilité : ma femme pourrait vivre sa vie de débauche en restant avec moi. Mais à une condition : que je sois non seulement au courant mais que je m’en serve. Je n’étais pas obligé d’être présent mais je voulais tout savoir. Et même plus : je voulais la pousser à aller plus loin. Comment ?

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

La naissance du blog Ma Femme Est Une Salope

Le dîner avançant, l’alcool aidant, l’ambiance se détendait. L’excitation avait pris le pas sur la déception. Je ne me voyais pas quitter ma femme. Et quitte à rester avec elle, autant jouer son jeu à fond, et prendre du plaisir.

Mais j’avais envie de mettre ma touche à la vie de salope que menait Sandy. Car elle était d’accord avec ça : elle était salope, une belle salope.

Qui adorait l’entendre dire de la bouche de son patron en train de la baiser sur le bureau. Et puis une idée me vain. J’avais lu quelques blogs coquins sur le web. Des biens faits, d’autres moins, des avec de belles photos, d’autres avec une belle écriture qui permettait de se mettre dans la situation de l’auteur… bref j’avais envie de mettre ma femme sur cet espace virtuel qu’est le blog, de l’offrir un peu à tous les internautes qui voudraient bien venir sur le blog.

Car oui je voulais me faire un petit blog. Je lui propose donc pendant le dîner. Enfin proposer… elle accepte sans sourciller.

Elle me demande pourquoi faire. Commençant à sentir l’excitation montée en moi, je savais que j’étais sur la bonne voie :
« et bien pour t’exhiber ma chérie, raconter tes histoires de salope, te soumettre aux envies des internautes les plus vicieux, et pourquoi pas même essayer de  gagner un peu d’argent avec ».
Clairement ça l’excitait.

« Quel nom veux tu lui donner à ce blog ? » Comme une évidence la 1ere proposition qui me vint à l’esprit et à la bouche : « Mafemmeestunesalope.com ?  » Elle éclata de rire. Puis s’arrêta et me regarda avec un regard de braise :
« pourquoi pas… ».
Petit coup d’iPhone le nom de domaine était libre. Banco.

ma femme salope en collant

« Mais on risque pas de me reconnaître ? je suis une salope certes mais je n’ai pas forcément envie que tout le monde le sache ». « Impossible » lui dis je : « les photos publiées ne permettront pas de te reconnaître « .

« Comment on va se répartir les rôles ? »

» A l’envie ma chérie : tu as envie d’écrire un article, tu l’écris. J’ai envie d’écrire une de tes histoires, je le fais. J’ai envie de montrer ton cul aux internautes, je le fais. »
Le fait d’employer le mot cul plutôt que fesses montrait bien que j’étais en train de tomber du côté obscur de la force… et ça lui plaisait.
» Ok, je suis partante ».

J’étais radieux. Mais cette soirée hors normes n’était pas terminée. Le dîner touchait à sa fin mais je voulais voir jusqu’où Sandy était prête à aller. Je voulais voir…

Le test de la salope en bar

Après ce dîner plein de révélations, je voulais voir. Voir si ma femme était vraiment une salope. Je lui propose d’aller boire un verre. Pas dans bar chic et classe. Non un bar normal, pas un PMU mais pas loin. A notre arrivée, déjà sa tenue attirait quelques regards : les talons aiguilles, les bas nylons chairs et le tailleur jupe plutôt court ne laissaient pas insensible la gente masculine du bar. On s’assoit.

Premier (gentil) test : je lui demande, assise, de relever sa jupe de quelques centimètres (elle était déjà très courte). Elle le fait. On voyait quasi la démarcation de ses bas nylons. Un ou deux regards bloquent sur ses jolies jambes.

2ème gentil test : nous étions sur une table avec banquette. Pas idéal pour que les jambes de ma femme se fassent matées. Je lui demande alors de se mettre de côté pour que ses jambes soient dans l’allée, de façon à ce qu’à peu près tout le bar les voit. En prime je lui demande de croiser les jambes et de nous faire un petit dangling. Son talon se balance et là aussi les yeux masculins s’affolent un peu.

dangling de ma femme

Pendant que nous faisions ces petits tests, nous en étions à notre 2ème cocktail. Excitation, alcool… un mélange détonnant. Puis je me lâche.

3ème test : « tu vois le mec au bar là bas ? » un mec ni moche ni beau, en train de prendre sa bière.

Un peu dégarni, un peu bedonnant mais pas spécialement repoussant. Insignifiant dirons nous.

« Je veux que t’aille le pomper dans les toilettes et que tu avales son sperme. » Ses yeux pétillaient.

Elle me dit « ok ». Elle se lève. Se dirige directement vers le mec.

Elle lui glisse un mot à l’oreille puis va aux toilettes.

Le mec resta un peu bête au bar, puis une minute plus tard alla aux toilettes aussi. J’étais au comble de mon excitation. Un bon quart d’heure plus tard, je vois ma femme sortir des toilettes.

Cheveux vite arrangés, elle s’assoit en face de moi. Je la regarde droit dans les yeux. Toujours ce même pétillement. Elle sourit.

Puis prend son doigt et le met au coin supérieur gauche de se bouche. Un peu de sperme était encore collé. Sperme qu’elle ramène à sa bouche avec son doigt en le léchant.

J’allais exploser mon pantalon. Je lui dit « raconte ».

Elle m’explique : « Je l’attendais dans les toilettes. Il arrive. Ferme la porte clé. Sans aucun mot je me mets à genoux devant lui. Il ne sait pas trop quoi faire. Je sors sa queue encore mole de son slip bon marché. Et je la mets dans ma bouche. Je sens son excitation monter et sa queue grossir sur ma langue. Il prend confiance et me demande si je suis une pute.

Je lui répond : « Pas encore, aujourd’hui je suis ta salope ».

Manifestement il apprécie ma réponse puisqu’il prend mes cheveux et me colle sa queue au fond de la bouche.

D’ailleurs je n’ai plus le contrôle de ma tête : il me fait sucer à son rythme en me tirant les cheveux.

Il me fait lécher ses couilles  en me disant :  » Lèches salope ». Il accélère. Je suce à pleine bouche sa queue.

Il me dit :  » je vais me vider les couilles dans ta bouche ». Je n’ai même pas pu répondre tellement il appuie ma tête contre sa queue.  » tu vas être mon vide couille ».

Puis je sens son sperme, très épais et chaud couler dans le fond de ma gorge. Il ressort sa queue pour la taper contre mes lèvres. Quelques gouttes de sperme sortent à nouveau et il immobilise ma tête en me tirant les cheveux. J’étais genoux contre le sol de ces toilettes, la bouche pleine de son sperme attendant qu’il veuille finir. Il me refait lécher le bon de son gland « pour bien le nettoyer ». Il lâche mes cheveux et me dit de partir devant. En me donnant une bonne claque sur les fesses, il me glisse un « merci ».  »

Ma femme est officiellement une bonne salope.

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Sandy

Sandy

Mariée et salope, j'assume pleinement ma passion pour le cul, dont j'en fais presque un métier. Ouverte à toutes les propositions, je m'amuse à repousser mes limites...

2 commentaires

  1. Bonjour. Intéressant récit merci 🤗
    Je m’y retrouve un peu dans le sens où cela vient moi aussi, pas de mon mari. La diffèrence avec vous est qu’il n’a rien découvert, c’est moi qui l’ai mis sur le fait accompli et ne lui ai pas laissé d’autres conditions que les miennes, et ne manque une occasion de le rabaisser sexuellement. Rien que l’appellation donnée par certains couples le fait rougir : « la pute et son cocu »
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *