La pipe du banquier

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais même si il est vrai que j’use et que j’abuse des mes charmes et de mon corps au travail et pour le travail, je n’utilise pas beaucoup ce pouvoir de séduction et de donneuse de plaisir, enfin bon de salope, en dehors. Des rencontres libertines, des expériences mais pas d’utilisation pratique de ce pouvoir. Car je ne vous le cache pas : sucer une queue ou me faire sauter me donne beaucoup de plaisir et ce n’est pas un gros effort. Et ça fait bander mon mari. Bref tout le monde est content au royaume du candaulisme !

Et bien le week-end dernier j’ai mis fin à cette anomalie. Cela fait quelques semaines que nous demandons un prêt à notre banque pour un projet. Nous avons eu déjà eu un rendez-vous mon mari et moi avec le banquier. Le parfait petit banquier de province : moustache, un peu dégarni, costard Celio, mocassin. Bref pas de quoi rêver. A ce premier rendez-vous j’avais noté un intérêt marqué pour mes jambes. Comme d’hab j’étais plutôt sexy : robe fendue, talons aiguilles, collant chair, exactement comme sur cette photo.

sandy240915 016

Mon mari avait noté aussi quelques coups d’oeil. J’avais un deuxième rendez-vous samedi matin dernier. J’y allais seule cette fois-ci. Mais je décidais de mettre la même tenue. Si je peux chopper un meilleur taux grâce à une jupe je ne vais pas me gêner.

Je m’installe dans son bureau. Totalement isolé du reste de l’agence. A l’ancienne. Je croise osentisblement les jambes. Avec le fente de ma jupe, on voit la naissaince de la gaine du collant tout en haut. Cela ne lui a pas échappé. Il commence par me dire que mon dossier ne pose pas de soucis particulier, que le projet est viable et il me propose un taux. Je commence à négocier.

« Nous avons nos deux salaires domiciliés chez vous, on est chez vous depuis un moment, j’aurais aimé un petit coup de pouce sur le taux. »
Là il fixe mon entrejambe. Comme si il bloquait. J’entrouve très légèrement comme si je ne faisais pas exprès. Il rougit et me répond :
« Oui euh. Et bien en fait je vous ai déjà appliqué le taux « bon client ». C’est plutôt un bon taux que je vous propose. J’ai déjà fait quelques efforts pour vous et votre mari.  »
« Je vois. Et si j’en fais des efforts aussi ? » Je recroise les jambes mais cette fois je relève la jupe pour qu’il voit mes cuisses.
« Ah euh. Je peux étudier le dossier. » Il est tout rouge, presque suant mais il se lève un peu pour regarder (comme si il allait chercher un dossier mais en mettant 4 ans pour se lever). Il m’amuse. C’est comme si c’était fait mon taux…

Pour achever notre petit banquier je décide d’encore relever la jupe un peu plus, j’arrive à mon string. Je dois avouer que c’est vraiment comme dans un film. Je sens tout le pouvoir que j’ai sur lui simplement en relevant un peu ma jupe. J’adore !

Il finit par aller chercher son dossier. Qui est en fait une brochure. Il me la tend (j’ai la jupe au raz du string).
« Voyez ce que nous proposons comme taux à la base. Pour vous, je suis allé plus loin. »
« Je vois. Du coup moi aussi j’imagine qu’il faut que j’aille plus loin peut-être. »
« J’en ai bien l’impression. » Incroyable mon petit banquier avait changé du tout au tout. J’avais du lui faire passer un cap dans l’excitation mais je n’avais plus le même bonhomme en face de moi ! Et en même temps qu’il me dit ça, j’entends le zip de sa fermeture éclaire de braguette s’ouvrir ! Et pour finir il me regarde droit dans les yeux avec un air très sûr de lui. Dingue !

Je ne me démonte pas pour autant. Nous sommes au coeur de la négo.
 » Imprimez votre nouvelle proposition et je vais voir ce que je peux faire. »
La braguette toujours ouverte j’imagine (le bureau ne permet pas de voir), en 2,3 clics il imprime une nouvelle proposition de contrat. Avec le nouveau taux, je venais de gagner quelques milliers d’euros !
« Ah effectivement là vous êtes allé plus loin. A mon tour de vous montrer ma gratitude. »
Il ne me répond même plus. D’un petit mouvement il fait reculer sa chaise de bureau comme pour m’inviter.
Je me lève, contourne le bureau et voit une queue épaisse, poilue, sortie du pantalon.
Je m’agenouille doucement et trempe sa queue dans ma bouche. Puis je me mets sérieusement au travail. Alors que je suis en train de le pomper, il claque un petit billet de 20€ dans la ceinture de ma jupe.
« Vous irez boire un verre à ma santé avec votre mari. »
« Coquin » lui répondis-je.

Quand j’y réfléchis le coup du billet est assez fort de signification : il prenait du plaisir à se faire pomper dans cette situation par la femme d’un autre. Il ne savait pas du tout que mon mari et moi étions candaulistes. Mais à ce moment là précis il tenait non seulement à se souvenir que j’avais un mari mais il y avait en plus un désir de domination par l’argent. Très pervers en fait. Ce qui me fait mouiller quasi instantanément.

Après 2 minutes d’une pipe dont j’ai le secret, il se vida dans ma bouche en m’empoignant bien les cheveux et en me traitant de petite chienne. J’avalais soigneusement le tout. Je me releva. Et pris le stylo pour signer le contrat. Il signa aussi.
« Merci beaucoup » lui dis-je.
« Tout le plaisir est pour moi. »
Je partais quand il me dit : « Je vous ai parlé de nos assurances vie ? Je peux vous faire quelque chose vous savez. »
« Hhhm. Peut-être une autre fois. »
Puis je parti.

Luc n’était pas à la maison à mon retour. Il arriva dans l’après midi, descendit me voir à la machine à laver (oui activité du samedi aprem : faire le linge !). A peine lui ai-je dis bonjour que je lui annonçais la bonne nouvelle du taux. Et qu’il avait fallu une bonne pipe pour arriver à un tel taux. Evidemment il m’a demandé de lui raconter en détails. Puis il m’a prise en levrette sur la machine à laver tellement il était excité !

Vos recherches coquines pour arriver ici :

  • elle suce son banquier
Sandy

Sandy

Mariée et salope, j'assume pleinement ma passion pour le cul, dont j'en fais presque un métier. Ouverte à toutes les propositions, je m'amuse à repousser mes limites...

2 Comments

  1. Hummmm quel delice de lire cet article . J en ai eu une erection direct ……. Qui ne reve pas d une bonne pipe de ta part derriere un bureau …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *