Quand Angel veut son chocolat chaud…

Je suis une nana qui sait ce qu’elle veut. Non c’est vrai, j’ai plutôt l’habitude de laisser libre cours à mes envie et de tout faire pour y accéder.

Quitte à utiliser mes charmes comme par exemple pour faire mes courses quand je suis à cours de monnaie.

Mais ce jour là, je n’étais pas au supermarché mais à la fac. Et j’avais une furieuse envie…

Une furieuse envie de chocolat

Oui j’étais à la fac. Alors attention, ce n’était pas pour mes études post-bac mais pour une formation pro. Donc je vous rassure bien majeure et vaccinée.

Une matinée de formation, totalement banale. Simplement à la pause j’avais envie d’un chocolat chaud. Ouais je sais c’est bête, mais je voulais mon café chaud.

La cafétaria fermée et la seule machine en route ne propose que des cafés. 3

Je veux un chocolat chaud.

Le bureau des gardiens

Un peu têtue (j’ai 15 minutes de pause) je cherche une foutue machine qui me donnerait un chocolat chaud.

Je passe devant le gardien, du coup je lui demande.

Faut vous dire que le gardien à cette heure là est plutôt pas mal. 35/40 piges, black, grand, plutôt baraqué.

Je l’avais déjà remarqué mais je n’avais jamais rien tenté avec lui.

Je lui demande.

Il me répond qu’à sa connaissance il ne connait pas de machine qui fasse ça dans la fac.

Mais que lui en a une dans sa « case » mais qu’il n’a pas vraiment le droit de donner accès à sa machine.

Et alors peut-être l’excitation de lui parler ou mon envie extrême de chocolat chaud mais je lui lance :
« Même si je vous suce ? »

A lire aussi :  Angel aux Chandelles

Alors on n’a pas du lui faire souvent celle-là vu sa tête.

Il me regarde de haut en bas.

Je ne me démonte pas et ajoute :
« Je n’ai plus que 10 minutes de pause ».

« Il ne faut pas qu’on nous voit rentrer ensemble. »
« Je vais rentrer sans fermer la porte à clé et vous entrez ensuite. »

« ok. »

Une pipe pour un chocolat chaud

J’entre. Il est assis sur sa chaise de bureau devant ses écrans. Je vois la petite machine à café et des capsules de chocolat.

Je m’approche. Me met à genoux.

« Tiens fais le sous le bureau, on sait jamais si quelqu’un rentre. »

Je commence à la sucer sous le bureau. J’avais peu de temps pour le faire jouir.

Je m’applique donc comme une petite salope. Je le suce à plein tout en le branlant.

« Vas y petite salope, suce moi bien ».

Puis finalement, il vient assez rapidement inondant ma bouche de son sperme bien épais. J’avale tout. Puis me relève.

« Je me sers ? »
« Non laissez, je peux vous le préparer quand même. »

Je suis arrivée 3 minutes en retard à mon cours, les cheveux un peu en pagaille et un chocolat chaud à la main.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *