Quand ma femme se fait sauter à la pendaison de crémaillère

Avec ma femme, nous évitons d’afficher nos envies candaulistes auprès de notre entourage. Amis, famille, on évite de mêler notre vie sexuelle libertine avec ces mondes là. Mais il faut bien avouer que des fois c’est difficile et l’envie prend le dessus. Récemment nous avions fait entorse à cette règle, lorsque ma femme s’était offerte à mes amis du tennis. Notamment un de la bande qui l’avait traité comme une chienne pour l’emmener seul dans une chambre et se la faire. Mais ce ne sont pas des amis proches et je ne les vois qu’à mon club de tennis (d’ailleurs ils n’ont jamais osé me reparler de cette soirée là).

Ce soir là, nous étions invités à une pendaison de crémaillère chez un ami. Et Sandy avait décidé de faire sa salope…

Ma femme, la salope de la soirée

Un superbe appartement que s’est offert notre ami. Très classe, très design, la tenue chic était de rigueur pour cette pendaison de crémaillère de haute volée. Et ma femme sait être chic et sexy. Robe noir très sensuelle, un petit collant chair transparent comme je les aime, talons aiguilles. Nous arrivons à la soirée : il y a déjà beaucoup de monde. Et plutôt du beau monde.

Sa tenue ressemblait à ça

Quelques petites coupes de champagne plus loin nous discutons avec tout le monde. D’ailleurs nous ne sommes pas toujours ensemble avec Sandy. Ma femme, très en forme, discute avec beaucoup de gens. Je vois bien qu’on la regarde. Et elle le voit aussi. Et je la connais : quand on la mate, ça l’excite. Notamment un mec et son copain. Je les observe et me rend vite compte que Sandy est vraiment à leur goût. Le plus excitant c’est que ma femme l’a vu et qu’elle décide d’aller les voir. Elle sait que je ne perds pas une miette de la scène, le spectacle pour candauliste averti va commencer.

Il a tout de suite senti qu’il pouvait la baiser

C’est donc elle qui va vers eux. Pas si surpris que ça, nos deux compères l’accueillent avec le sourire en lui tendant une nouvelle coupe de champagne. Le regard du barbu (oui il avait une grosse barbe) déshabille littéralement ma femme. Elle rit beaucoup. L’un d’eux prétexte je ne sais quoi pour passer juste derrière elle et frôler son cul. Je bande.

Alors que l’autre est parti, le compère qui est resté lui dit un truc. Ma femme lui réponds, elle pose son verre puis s’en va. Du coup, je laisse la parole à ma femme, qui va mieux vous raconter la suite, puisque je n’étais pas là pour le voir…

Rejoins-moi en bas avec ton pote

Oui, c’est vrai, j’étais très chaude ce soir là. Le mec en face de moi le sentait bien et ça lui a donné des ailes. A ce moment là il me dit tout simplement :
« J’ai envie de te baiser maintenant ».
Voilà un homme qui sait me parler.
Je lui réponds en posant mon verre : « Rejoins moi en bas. Avec ton pote. »

Je descends donc dans la cours intérieur de l’immeuble. Des gens de la fête sont à la fenêtre, il va falloir trouver une solution. Car je veux me faire sauter maintenant par ces deux inconnus.

Les deux compères arrivent. D’un brun provocatrice je leur lance :
« Alors, on veut se faire une salope ? »
« A ton avis » m’indiquant à travers leurs pantalons, qu’ils bandaient tous les deux.

Baisée comme une chienne dans le local à poubelles

Je décide d’ouvrir cette petite porte d’une sorte de cabane, un peu cachée dans la cours. Le local à poubelle en fait.
Je m’en fous, je veux baiser.

Mon cul en collant à leur dispo à peu près comme ça

A peine ai-je ouvert la porte, que je sens le barbu derrière moi qui me prend la taille, puis m’incline. Je me rattrape à une poubelle. Il soulève ma jupe, me déchire le collant et me met sa queue. Je mouille comme une chienne. Ses coups de rein me donnent énormément de plaisir immédiatement. Je ne sais plus où j’habite. J’essaye de ne pas trop gémir mais c’est trop bon.

Son pote prend la suite. Il me baise exactement pareil en me traitant de bonne salope. Il me tire même les cheveux en me demandant si j’aime être prise comme ça. Je lui demande de continuer.

Puis le barbu décide de prendre la place de la poubelle, je m’agrippe à lui tout en le suçant. Les mecs se font plaisir et moi aussi. Mais il n’y a pas 10 000 positions possibles dans ce local très exigu. Celui qui me prenait en levrette décide de rejoindre son copain. Je me mets à croupi pour les sucer tous les deux.

« Je ne veux pas une goutte par terre euh… c’est quoi ton prénom ? »
« Sandy. Vas-y envoie, j’ai soif. »

Je lèche les couilles des deux compères et les suce à tour de rôle. Le barbu oriente ma tête avec sa main. Je suis à sa merci. C’est lui d’ailleurs qui m’éjacule dans la bouche en premier. Il continue à se branler pour me faire boire jusqu’à la dernière goutte de son sperme.

L’autre finit aussi par se soulager sur mes lèvres. Le sperme inonde mes lèvres, je les lèche pour ne laisser aucune trace. Les couilles vidées, nos deux compères se refroquent. J’essaye de remettre tant bien que mal mon collant qui par miracle, même déchiré au niveau de mes fesses tient encore.

Sans nous cacher, nous remontons tous les 3 en même temps à la soirée. Pour quelqu’un d’observateur, il était clair que je venais de me taper les 2 mecs. Je retourne dans les bras de mon homme et qui m’attendait avec une coupe de champagne et qui me demanda : « alors ? ».

Vos recherches coquines pour arriver ici :

  • sauter la salope
  • ma femme se fait sauter
  • la salope d en face
  • ma femme raconte quand on la saute
  • ils la tiennent pour mieux la sauter
  • la colonel est une salope
  • trio exemplaire de salope
  • ma femme s exhibe pour faire un trio
  • ma femme sautee
  • ma femme sautee en trio
Luc

Luc

Mari comblé et candauliste de Sandy. J'adore écrire les aventures de ma femme. Mais je crois que je préfère encore les voir en vrai...

4 Comments

  1. hummm j’aime bien la deuxième photo dans les toilettes prête a êttre prise par derrière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *