Quand son mari emmène Alicia pour juste un peu d’exhibe en club

Nous étions plutôt au début de nos aventures candaulistes. J’avais déjà proposé quelques amants à ma femme Alicia, qu’elle avait accueilli avec plaisir. Mais cela restait plutôt exceptionnel à cette époque là. Le monde libertin commençait à me fasciner. Nous n’avions encore jamais les pieds dans un club libertin. Je décide de proposer à ma femme d’y aller par curiosité. Une soirée qui a marqué notre couple au final. Je vous raconte tout.

Etre vus en club libertin

Ma femme adore qu’on la regarde. Elle s’habile très sexy (stylée mais très sexy) et ne s’offusque jamais d’un regard masculin. Sur aucune partie de son corps. Elle a notamment un cul de déesse. Je lui propose ma sortie en club libertin.

Mon idée n’est pas de baiser. Les clubs sont souvent envahis d’hommes seuls, la sélection est compliquée. Et puis nous n’avions pas vraiment envie de socialiser. Juste curieux de ce lieu. Nous choisissons un club sur Paris et nous nous y rendons.

Sans vouloir faire le malin, même si il y avait quelques couples sympa, ma femme était la plus belle. En tout cas, la plus exotique. La seule malbaraise (typée indienne) avec des jambes très bien mises en valeur par des talons aiguilles de 11 cm et des bas nylon chair brillants.

Nous sentions tous les deux les regards des hommes sur ses courbes et nous en étions très excités. 2 petits cocktails plus tard, j’avais envie de passer un tout petit cran au-dessus. Oh pas grand chose.

Direction les cabines pour se faire mater

J’avais repéré de petites cabines : équipée de hublot, elles permettent aux hommes de mater, le couple à l’intérieur s’étant enfermé. Une belle petite exhibe de baise. Nous allions baiser pour la première fois en club et devant le regard d’autres mâles.

Voyant que nous nous dirigeons vers cette cabine, certains hommes nous suivent, espérant surement un gang bang ou une participation quelque conque . Ils vont certes être un peu déçus mais pourront mater le cul de ma femme. Ce qui est déjà pas mal 🙂

Je referme la porte avec le petit loquet. Je me mets à l’aise, ma femme commence à me sucer. Je vois déjà de nombreux visages masculins des deux côté de la cabine à chaque hublot. Sans demander à Madame, je relève sa jupe pour offrir aux mâles le spectacle tant espéré. Ma femme ne se déconcentre pas et continue sa pipe.

Quand la porte s’ouvre

Elle était très excitée. Moi de même. Je n’arrêtais pas de voir ses yeux masculins surexcités mater le cul de ma femme. Un vrai délice. Ma femme me suçait et sachant qu’elle aime ça (et que j’adore ça) je commençais à la dominer. Je lui tirais les cheveux, tout en lui disant que c’était une belle petite salope à montrer son cul comme ça. J’avais tout autorité sur elle, et je le montrais à ces messieurs : je lui faisais gentiment lécher mes couilles devant les spectateurs.

Je vous avoue à ce moment là j’étais au comble de mon excitation. Le jeu était presque fini puisque j’allais tout lui lâcher.

Et puis, quand on est dans ces moments là, on veut toujours essayer d’aller un tout petit plus loin. Pour voir. Pour tester.

Je lui dis tout en lui tenant les cheveux :
« J’ouvre la porte ? »
« Vas-y ».
« Reste comme ça ».

Je me lève. Ma femme reste à 4 pattes le cul en l’air.

J’ouvre la porte. Je fais entrer le 1er homme qui se présente à moi derrière la porte. Je ne sais même plus à quoi il ressemblait pour être franc.
Ma femme ne se retourne même pas. Je me remets à ma place pour me faire sucer. Elle recommence son travail.

Puis le mec ne se fait pas attendre. Capote au bout du gland, il prend ce joli cul black offert. Ma femme encaisse les premiers coup de reins en me regardant droit dans les yeux.

Elle, en porte-jarretelle, talons aiguille, chef d’entreprise, offerte au premier mateur venu. Je lui tire une fois plus les cheveux en lui disant :
« tu aimes ça salope ? »
« Oui »dit elle dans un râle qui en disait long sur son excitation.

Elle ne s’est jamais retournée.

Le mec la limait en prenant son pied. Il lui a même pris sa queue de cheval pour la cambrer un peu plus tout à la traitant lui aussi de salope. Quelques fessées, il lui a même enlevé l’un de ses talons aiguilles pour lui caresser ses pieds en nylon, il devait être fétichiste. Il prenait littéralement son pied avec ma femme.

Quoiqu’il en soit il finit par jouir dans sa capote alors que dans le même temps je jouissais dans la bouche de ma femme.

Alors qu’il se retirait, je lui demanda de me donner sa capote. Je demanda à ma salope de femme d’ouvrir grand sa bouche pour lui verser l’intégralité du contenu de la capote. Elle finit par lécher l’intérieur de la capote pour ne laisser aucune goutte du jus de cet homme qu’elle ne vit jamais puisqu’elle ne se retourna pas.

Pour une exhibe, c’était une belle exhibe…

Alicia de la Réunion et David

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *