Service compris

Maintenant tout était clair et je n’en pouvais plus : je voulais qu’on me baise !! Devant mon mari ou pas, j’avais envie de me faire prendre. Alors certes l’ambiance, la situation candauliste, l’excitation de mon mari ajoutait à l’excitation, mais en y repensant je crois que ça excitait encore plus mon mari et mon patron. Moi, ce que je voulais en prio, c’était me mettre à 4 pattes et ressentir une bonne queue entre mes fesses ! Mais le dîner commençait.

Je mange un peu l’entrée, histoire de, et mon patron entame la discussion avec Luc.
« Alors Luc, comment faites vous pour réussir à garder une si belle femme à vos côtés ! Elle doit attirer les convoitises non ? »
Question un peu osée, mais finalement dans le ton de la soirée. Luc prend un petit verre de vin et enchaîne.
« Ah ça les convoitises sont nombreuses oui ! Avant j’étais très jaloux… mais ça c’était avant ! »
Sourires masculins en cascade, je décide moi aussi de me prendre un petit verre de vin.

La discussion reprend sur divers sujets, moyennement intéressant, j’interviens peu : je veux baiser et je ne comprends pas que ces messieurs ne soit pas plus entreprenant. Je décide de sortir mon pied de mon talon, et de faire du pied à mon patron. Il ne bouge pas, mais je vois qu’il apprécie.

Je décide de me lever pour débarrasser. Luc me stoppe :
« Non laisses, montres à ton patron que tu sais accueillir nos invités. Je m’occupe de débarrasser et de chercher la suite. »
Il n’en fallait pas plus, je me retourne vers mon patron, grand sourire. Luc est en train de débarrasser et mon patron :
« Ah Sandy, refaites moi voir comment vous savez sucer. »
« Toute de suite », répondis je.

Je m’installe sous la table, j’entends les plats que Luc enlève au dessus, et je m’engloutis la bonne queue du boss. Je pense qu’on arrive à l’une des images fortes du candaulisme : pendant que j’étais en train de sucer mon patron sous la table et la nappe, mon mari servait les plats à mon patron et pour couronner le tout, le salaud (au sens « je profite ») se sirotait un petit verre de vin. Vous voyez la scène ?

J’essaye de le sucer le mieux possible pour qu’il me prenne. Mais il résiste bien à mes coups de langue et même lui avoir copieusement lécher les couilles,  le bougre ne se décide toujours pas à me sortir de sous la table. Puis Luc parle :
 » Ma chérie, si ton patron veut bien, le plat est servi. »
Oui j’avoue surréaliste comme phrase mais pourtant véridique ! Un grand moment ! Mon patron :
« Oui bien sur, nous avons toute la soirée, Sandy je vous en prie revenez à table. »

Heureusement, ce n’était pas pour longtemps…

Vos recherches coquines pour arriver ici :

  • ma salope de femme
  • mon patron baise ma femme

Ces articles de notre blog devraient vous faire plaisir

Sandy

Sandy

Mariée et salope, j'assume pleinement ma passion pour le cul, dont j'en fais presque un métier. Ouverte à toutes les propositions, je m'amuse à repousser mes limites...

3 Comments

    • pas faux ! mais comme on n’a pas fait de photos du tout ce soir là, il faudrait que j’en fasse pour illustrer. Remarque c’est faisable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *