Un petit scenario pour voir plus ?

Toujours à la recherche d’idées et de scenarii pour mes délires sexuels, je me suis dis que je pourrais me tourner vers vous. Je ne me vois pas demander ça à mon patron, mon mari a parfois de l’imagination mais vous, je suis que sur que vous m’avez déjà imaginé dans des scenarii incroyables, et qui me feraient surement mouiller. Pour titiller votre curiosité et votre imagination, je vous propose un deal : vous voyez la photo ci-dessous ? et bien si vous voulez faire remonter la jupe de façon à beaucoup mieux voir, il va falloir que j’ai dans mes commentaire au moins 10 petits scenarii. Alors je suis magnanime (des fois) donc je ne vous demande pas 30 lignes (mais si vous avez assez d’imagination, pas de limitations de nombre de ligne) mais au minimum 5,6 lignes. J’ai déjà envie de me toucher…

Vos recherches coquines pour arriver ici :

  • salope
  • yhs-elex_myv9
  • je regardais mon epouse au bord de lorgasme jai invite alors mon ami a accelerer son va et vient pour la faire exploser de jouissance

Ces articles de notre blog devraient vous faire plaisir

sandy

Mariée et salope, j'assume pleinement ma passion pour le cul, dont j'en fais presque un métier. Ouverte à toutes les propositions, je m'amuse à repousser mes limites. Messieurs si vous souhaitez m'offrir de la lingerie ou que je vous en vende, si vous souhaitez me contacter : mfssandy@gmail.com

34 Comments

  1. Nous sommes vendredi matin…. et la semaine a été longue et dure !
    Le temps est encore ensoleillé en cette matinée de printemps et je m’apprète à recevoir le premier client de la journée dans mon bureau.
    Ma secretaire vient en effet de m’annoncer qu’une femme qui n’a pas pris rendez-vous et s’est simplement présentée sous le nom de Sandy attend patiemment que je temine mon cinquième café de la journée (et oui y a des jours où les réveils sont difficile).
    Appercevant ce qui semble s’avérer une magnifique créature, j’avale fissa mon petit noir et vais la chercher à l’acceuil.
    « Bonjour, vous souhaitiez me voir ? Que puis-je faire pour vous ? »
    « Oui, bonjour. Je suis confuse de venir comme cela â l’improviste mais je rencontre une difficulté un peu particulière et une de nos connaissance commune m’a certifié que vous pourriez m’aider ! »
    « Très bien Madame, suivez moi je vous prie » et l’emmène dans mon bureau… »
    Elle enlève alors un long manteau laissant découvrir une splendide paire de jambes à peine cachée par une petite jupe droite et noire et manifestement revétues d’un collant..
    Elle s’assied face à mon bureau, laissant alors entrevoir la sublime démarcation de ce qui se confirmait être un collant extèmement fin et transparent…

    La suite….

      • Un vendredi matin – la suite

        Cette charmante cliente commence à m’exposer sa situation tout en ne cessant de croiser et décroiser ses jambes, laissant par instant apparaître ce que je devine être une petite culotte…

        Personnellement, je n’écoute rien, subjugué par son jeu de jambes qui commence sérieusement à faire gonfler mon pantalon !

        S’apercevant que ses jambes et ce qu’il y a sous sa jupe ne me laissent pas indifférent (je ne suis guère discret dans de telles circonstances), elle décroise subitement ses jambes en grand me laissant face à une sublime culotte totalement transparente portée par dessus son collant.

        Je sens alors mes yeux s’écarquiller, mon visage rougir et une bouffée de chaleur m’envahir à tel point que j’en renverse mon café (qui n’était pas encore gourmand…) sur mon bureau.

        La belle Sandy éclate alors de rire et tout en me regardant avec le plus beau regard de salope que j’ai jamais rencontré jusqu’alors, passe la main entre ses jambes et arrache d’un coup sa petite culotte me laissant face à sa magnifique chatte encollentée.

        Puis me fixant d’un regard en disant long sur ses intentions plus que vicieuses me lâche : « je pense que notre connaissance commune avait raison et que tu peux m’aider : j’adore me faire bouffer la chatte par un inconnu dans un bureau qui n’est pas le mien… »

        Docile et néanmoins surexcité je me place alors entre ses jambes et commence à lécher son minou à travers son collant qui s’humidifie alors de plus belle….

        C’est alors que reprenant mon costume de macho, je lui sors mon sexe que j’étais déjà en train d’astiquer depuis quelque temps à travers mon pantalon et attrapant ses cheveux en les tirant en arrière lui présente un gland plus que prêt à tout cracher à la lisière des lèvres…

        Par un petit gloussement de jouissance, la belle Sandy m’avale alors d’un coup me taillant une PIPE que je ne suis pas sur le point d’oublier…

        Prêt à lui exploser en bouche, je me retire alors subitement et entreprends de la pénétrer à travers on collant (je ne sais pas si vous avez déjà essayé, mais moi je trouve ça top…)

        La Belle est tellement excitée que je la pénètre sans la moindre difficulté, ce même à travers son collant.

        Visiblement satisfaite que je la traite désormais comme un objet sexuel (et la tendresse bordel…) je la retourne brusquement et la penchant en avant la sodomise virulemment à travers son collant (au demeurant très résistant… LOL).

        S’en suit une multitude d’alternances de pénétrations anales et vaginales qui m’amènent à jouir sur son collant à la lisière de ses lèvres vaginales.

        Visiblement déçu que je gâche ainsi ma semence, je la récolte sur les doigts que j’enfourne alors dans sa bouche à sa plus grande satisfaction et qu’elle se met à lécher avec autant d’intensité qu’une petite chatte découvrant un bol de lait.

        Prenant bien soin de lui laisser une coulée de sperme couler le long de la jambe, je la reconduis ainsi à l’accueil de mon bureau, lui lâchant « Madame je reste naturellement à votre disposition et vous envoie comme convenu ma facture par la Poste…! »

        Visibelement décontenancée par cette fin un peu inattendue pour elle, je ne la revis jamais, mais quel pied j’ai pris ce vendredi matin du mois d’octobre !

        Et vous, vous l’avez croisée un jour cette fameuse Sandy ?

        • J’aime la suite de ton scénario, et ça me donne juste envie de venir te voir et que tu me prennes comme ça

  2. moi je te proposerais que tu sois offertes à plusieurs hommes, tous masqués, tu devrais nous exiter suffisament de ta langue puis chacun viendrait zébrer tes collants ou ton dos de sa semence tiède

  3. tu as été amenée dans une maison délabrée en banlieue…
    à la suite de leur attaque de banque 3 braqueurs se servant de toi comme otage, émoustillés par ta jupe et tes talons hauts, vont t’y baiser longtemps, comme une vraie chienne.
    même si au départ, effrayée par leurs armes et leurs visages dissimulés, tu as été un peu forcée de t’offrir à leur bestialité, ton naturel de salope avide est vite réapparu et tu as ressenti du plaisir mélé de honte en sentant leurs sexes te fouiller le cul la chatte et la bouche simultanément, et c’est finalement avec ta voracité habituelle que tu as fini par avaler le sperme de chacun d’entre eux.
    puisque tu n’as pas pu voir leur visage camouflé et que tu as été bien gentille, soumise et méticuleuse jusqu’au bout, les braqueurs finissent par t’embarquer à nouveau et à t’abandonner au bord de la route, souillée comme une pute, du sperme séchant sur tes cheveux, et « pour service rendu » te jetteront quelques billets tirés de leur butin avant de partir en trombe.
    la sensation d’avoir été payé pour du sexe est aussi honteuse que celle d’avoir été forcé à cela et d’en avoir tiré jouissance, mais cela ne te dérange pas, tu aimes être soumise sexuellement et utilisée par les hommes….surtout si leur visage est caché….par des collants !!

    • J’aime ce côté bestiale, et en te lisant je suis devenue toute mouillée et là j’ai envie de sexe, j’ai envie d’être attachée, allongée sur mon bureau et prise comme une chienne

    • Maxence,

      Je ne cesse de lire ton commentaire et par la même occasion ton scénario, et plus je le lis et plus je suis excitée et j’ai envie que trois hommes me prennent comme une chienne, qu’ils enfoncent leur queue dans ma chatte, dans mon cul et dans ma bouche, que je sois prise de partout à la fois. Je ne tiens plus, j’ai juste envie que trois hommes arrivent dans mon bureau et je leur dirai prenez moi comme une salope faites de moi ce que vous voulez faites moi jouir et pénétrer moi en même temps, je vous veux tous les trois ensemble en moi et ensuite sentir votre sperme tous les trois sur moi et dans ma bouche.

      • je suis ravi que mon scénario te plaise, je savais que la violence sexuelle qui s’en dégage te plairait et te ferait mouiller. d’ailleurs j’aimerai beaucoup sentir l’odeur de ta chatte quand tu mouilles, et pourquoi pas en sentir le gout dans ma bouche après t’avoir bien mangé….et sur mes doigts que j’ enfoncerai par trois ou quatre en toi, et que je te ferais lécher ensuite, les enfonçant dans ta bouche béante…pendant que je m’occuperai de ton cul tu les lécherais avec gourmandise, comme des sucettes gout cyprine…tu aimes lécher et sentir le gout de ta propre mouille sur mes doigts?

  4. Il est tot ce matin, le travail m’attends ! Il est des matins où on préfèrerait rester coucher, et pourtant juste à quelques maisons de chez moi, je vois ma voisine, habillée d’une jupe assez courte qui laisse entrevoir la démarcation de son collant …. Pour ma part, la vue d’une jolie femme en collant me donne tout de suite des envies sexuelles inavouables ! Ma voisine est belle, élancée, elle dégage une aura indescriptible, une vraie femme, une femme à qui on a envie de tout donner du point de vue sexuel afin de lui donner du plaisir au maximum … Je me dis que cette femme est malheureusement inaccessible pour moi, mais le fait de l’avoir vue ce matin, habillée de la sorte me fait dire que je vais faire dans la soirée, assez tardivement, une chose que je n’ai jamais faite auparavant ! Cette vision m’a travaillé l’esprit toute la journée au point que j’étais à mon travail sans vraiment y être ! La journée terminée, je rentre chez moi, rien de très réjouissant du fait que je suis seul, totalement seul, mais ce soir sera sans doute le soir qui fera naitre en moi un désir et peut-être une jouissance que je n’ai jamais connu jusqu’à aujourd’hui ! A la fin de mon repas, je me mets à la fenêtre afin de vérifier si je vais pouvoir faire ce que j’ai décidé dans la journée ! Grande surprise, le mari de ma voisine sort les poubelles, vous allez penser que je suis très romantique aujourd’hui, et bien oui, justement, si j’attendais avec impatience ce moment c’est parce que j’ai décidé que ce soir assez tard, j’irais faire les poubelles de ma voisine à la recherche d’effet personnel ! Vers minuit, je me dirige donc vers la poubelle de ma jolie dulcinée, je cherche, je cherche, mais malheureusement, rien d’intéressant si ce n’est les ordures ménagères ordinaires et dans le fond de la poubelle, un petit sac en plastique blanc, vous savez les fameux petits sacs souvent utilisés pour les salles de bains ! Je prends donc ce petit sac qui sent bon le parfum de ma belle voisine et là, je ressent un coup dans le bas ventre lorsque je vois 2 paires de collants avec une odeur exceptionnelle, une odeur telle que je l’imaginais, je sent mon sexe en érection se bloquer sur mon caleçon, il est temps pour moi de récupérer tout ceci et de mettre un des deux collants, je me sentais très à l’aise dedans et là, je commençais à me masturber, au bout d’une dizaine de minutes, l’éjaculation arrive, je n’ai pas le souvenir d’avoir pris autant de plaisir qu’en me masturbant dans les collants de ma voisine ! Depuis, tous les mardi soir et vendredi soir je vais visiter la poubelle de ma voisine …. une façon de lui dire combien je l’aime anonymement …..

    • Bonjour Paulo, ton scénario est pas mal mais pas assez chaud pour chaud, tu es trop soft, lâche toi, fais moi mouiller

    • …. comme maintenant j’avais la possibilité de me faire plaisir avec les superbes collants de ma voisine, c’est certain, j’allais continuer ! Nous sommes vendredi, je rentre du travail, je prends ma douche et commence à penser à la boite à trésor en face de chez moi, quelle boite à trésor me direz vous ? la poubelle de ma voisine ! Tout en pensant à ça, en me douchant j’avais une belle érection, l’effet que ma voisine a sur moi, il faudra un jour que je lui avoue ça, depuis maintenant 2 mois je fouille dans sa boite à trésor ça va faire une routine et à force je vais déprimer ! Après le diner, je regardes la télé, rien de très jouissif ce soir, je regardais plus mon horloge que la télé mais bon, patience ça va venir …. Il est minuit, l’heure pour moi de visiter la poubelle de ma voisine, j’arrive à hauteur de celle-ci mais la lumière dans la maison de ma petite cochonne n’est pas éteinte, je me dis, les voisins doivent bien s’occuper, enfin j’espère avec une salope comme ça !!! Je cherches donc dans la poubelle et trouves mon petit sac blanc comme d’habitude, alors là le graal, un gode, un string dont la senteur est absolument magique et une paire de collant dont le gousset est découpé …… mes voisins ont ils les mêmes fantasmes que moi, c’est à dire faire l’amour en collant ??? très certainement ! Je continue à chercher dans ce sac et là, une autre paire de collant noirs avec à l’intérieur un papier :/ mais qu’est donc ce papier ? Bien entendu, curiosité oblige, je me mets à lire et je me retrouve dans une situation un peu perturbante, voici ce qui était écrit :
      « mon cher voisin, je ne connais pas ton prénom, je sais que tu fouilles dans mes poubelles et que ce n’est pas pour chercher de la bouffe, je t’ai donc laisser mes petits effets persos, amuses toi bien avec tout ceci et n’hésites pas à me dire à quel moment tu comptes venir me baiser, car je n’attends que ça, je veux te faire monter la bite, le désir et la sève alors à bientôt ! »

      J’en suis encore tout retourné … surtout mon prépuce ! Je vais donc me masturber ce soir encore une fois avec les sous vêtements de cette jolie salope en attendant de l’avoir sur ma bite, j’ai plein d’idées en tête d’ailleurs ….. à bientôt pour la suite !

  5. si tu le fais réellement , je comprends que c’est un moments d’exitation indescriptible

    • bonjour collantissime, oui je l’ai fait plusieurs fois, je me souviens de la première fois (comme toutes les premières fois!) je suis allé dans un magasin de chocolat à Noel (c’est une histoire vraie!) je vois une vendeuse environ 45 / 50 ans, j’adore les grandes femmes, je n’ai pas été déçu, environ minimum 1m90, j’avais presque l’impression d’être un nain, elle était en jupe courte et ……..collant noir !! Un soir, je l’ai suivi non pas pour l’effrayer (car ce n’était pas le but!) mais juste pour savoir à quel endroit habitait cette jolie femme et un dimanche soir (les poubelles étaient placées le dimanche soir pour le lundi!) j’ai fouillé dans les poubelles (rien de romantique) et j’ai eu un bol incroyable, je suis tombé sur un poche complète de collants (si si c’est la vérité) des noirs, des couleur chaire, des gris, il y avait des emballages aussi, wolford en majorité, well et dim, les wolford en taille Xtra, well et dim en taille 4 ou 5 …. et oui il faut bien caser le 1m90 de la dame ! Arrivé chez moi je me suis pressé à les essayer tous, je crois que je n’ai jamais autant pris de plaisir dans des collants ! J’avais tout pour mes fantasmes, des collants et en plus d’une femme de grande taille ! le top !

  6. c’est presque l’été sur la côte atlantique, il fait beau et chaud…tu es au volant de ta mini cooper cabriolet, toit ouvert pour mieux sentir l’air et le soleil caresser ta peau et tes jambes à peine couvertes par une courte jupe…les reflets soyeux sur tes collants brillent, attirent les yeux des mâles indiscrets qui croisent ton chemin et qui ne peuvent louper un tel spectacle.

    offerte à leur vue, remontant légèrement ta jupe tu souris en pensant à l’excitation que tu fais poindre en eux sur ton passage, et qui ne pourra être assouvie que bien plus tard, leur vrillant l’esprit toute la journée jusqu’à ce qu’il ne rentre chez eux et ne détourne cette excitation frustrée contre leurs femmes dociles…

    tu laisses un peu ton esprit divaguer, l’espace d’une seconde, mais cela est suffisant pour que tu ne vois pas le véhicule arrêté, devant toi, un 4X4 aux dimensions énormes qui t’a doublé précédemment, et dont le regard du conducteur s’était longuement attardé sur tes gambettes scintillantes.

    freinage in extremis, crissement de pneus sur le bitume chaud…boum !! le choc n’est certes pas violent mais te surprend en pleine rêverie érotique, et tu en restes un peu sonnée.

    le chauffeur endescend aussitôt, examine la proue et la poupe des 2 voitures et approche de toi ce qui te permet de le regarder d’un peu plus près : la quarantaine, cheveux grisonnants sur les tempes, yeux verts, mains larges à l’aspect rugueux…

    il s’inquiète de ton état de santé.

    « non ça a l’air d’aller, mais ma voiture est bousillée il me semble… »

    il a regardé ça rapidement et cela semble être assez grave d’après lui, l’avant est bien enfoncé, alors par sécurité il te propose de remorquer ta voiture et d’aller voir un ami garagiste pour vérifier tout cela.

    huummm…étrange proposition de la part d’un conducteur qui a freiné sans raison au milieu de la route, mais excitée par tes idées érotiques et par l’idée de te trouver aux prises avec un ou plusieurs inconnus tu te décides à le suivre.

    une fois arrivés au garage de son ami tu te rends compte d’à quel point il va être difficile de résister à la salope qui sommeille toujours en toi : le garagiste, beau mec brun et baraqué d’une trentaine d’années, se présente à toi en bleu de travail, torse nu (et peut être plus) sous ce vêtement qui laisse admirer ces biceps et ses pectoraux volumineux…

    il te sers la main, de façon douce et ferme à la fois, en te regardant dans les yeux, et son regard intense commence à te faire mouiller… surtout que tu sens bien un autre regard, celui de son ami, posé sur ton cul depuis votre arrivée…

    « on va examiner tout ça » dit le garagiste en te jaugeant de bas en haut, sans que tu ne saches bien si il parle de ta voiture ou de ton corps, et il s’approche de ta mini de bourgeoise, en lève sans difficultés le capot enfoncé sous le choc, jettes un oeil à l’intérieur et prend un air sérieux…

    « y en aura pour plusieurs jours de boulot à mon avis, le choc a touché le ventilateur et il faudra changer des pièces » et te prenant à partie, te sollicite pour que tu te t’approches et te penches à ton tour au dessus des entrailles de la cooper, qui n’a pas l’air si abimée, mais bon tu es une femme, alors la mécanique…

    tendant le doigt vers d’obscures parties mécaniques il t’indique les parties touchées par la collision, et s’approche un peu plus de toi ce faisant…

    « vous êtes très belle…et vous sentez très bon…une bonne odeur de chatte humide qui flotte autour de vous…on vous l’a déjà dit je suppose? »

    ainsi, la flèche est décochée et ne manque pas d’atteindre sa cible…tu mouilles encore plus maintenant, ta respiration s’est accélérée et c’est à voix basse que tu lui fais cet aveu :

    « oui, on me l’a souvent dit… c’est certainement parce que je ne porte que rarement de culottes que l’odeur de ma chatte est plus perceptible quand je suis excitée »

    tu es restée un peu penchée, offrant ta cambrure à la vue de l’autre compère, et tu n’es pas surprise de sentir une main passer sous ta jupe, déchirer tes collants et te caresser la chatte…cette main est aussi rugueuse qu’elle en avait l’air, et celui qui l’a manie est expert en la matière, quelques instants sur ton clito, deux doigts dans ta chatte et un dans ton cul et te voilà prête à tout…

    pendant ce temps le garagiste t’embrasse dans le cou, puis sur la bouche, à pleine langue tout en te malaxant les seins fermement…

    tes sens sont en alerte, ta chatte et ton cul offerts, et tu te retournes vers tes 2 assaillants afin qu’ils puissent mieux profiter de ton corps…

    les 2 salauds sortent leurs bites tout en te caressant, puis n’y tenant plus tu te baisses au niveau de leur queues afin de les gober tout entiers, l’un après l’autre, dans ta bouche…

    « tu suces comme une reine, ouais…. la reine des putes hein ma belle ? » te dis le garagiste enfournant au maximum sa queue en toi, confirmation de son ami ne tardant pas à venir « ah ouais…quelle salope, bouffe mes couilles ma reine, vas y sale pute… »

    tu es toute chaude et ses quelques insultes ont définitivement rompu toute retenue de ta part, tu sors une bite de ta bouche, de la salive coulant sur ton menton, regarde tes deux prédateurs d’un jour et leur intime l’ordre de te baiser comme une chienne, que tu veux les sentir jouir sur toi et en toi…

    les 2 gars n’en reviennent pas d’avoir croisé la route d’une si belle salope, et d’un seul mouvement te soulèvent de terre pour t’amener dans le bureau ou siège un vieux canapé…

    le premier s’assoit, son pote garagiste t’amène dans ses bras jusqu’à lui, et tu t’empales sur la bite du gars, face à lui, pendant que le garagiste se présente à toi pour que tu le suces encore…

    après quelques instants de ramonage tu en veux plus et demandes alors au garagiste de t’enculer pendant que son pote s’occupe ton minou.

    ni une ni deux il s’exécute, enfonce son sexe dans ton cul, sans précautions, mais tu es tellement chaude que ça passe sans problèmes, et tu sens alors l’une et l’autre bite te ramoner chatte et anus en même temps, t’amenant à un niveau de jouissance tel que tu es à deux doigts de l’évanouissement…ce qui n’arrête pas les 2 brutes qui continuent à te limer encore plus fort, changeant parfois de terrain de jeux en t’imposant sans que tu ne t’y opposes double vaginale et double anale, ce qui t’amènes à nouveau loin, loin, à la limite de l’inconscience…

    tu cries, perdant la tête à l’apporche de l’orgasme « oui, baisez moi, encore, fort, ouais, ouais, comme ça, dans mon cul, vas y, défonces moi, fils de pute, ouais, défoncez moi le cul, la chatte, ouaaaaaaiiiiis baaaaaisez mooooi coommmme une salope, baisez moi bieeeennnnn !!! » tu sens la respiration des deux mecs qui te baisent de plus en plus rapidement, près de tes oreilles leur souffle devient animal, ils accélèrent leurs mouvements en toi, plus vite, plus fort, plus profond, leurs mains et leurs bras t’enserrent, seins, torse, fesses, tout n’est que chair à pétrir, et puis une main puissante, douce (celle du garagiste donc…)
    t’enserre la gorge, fort, très fort, t’empêchant presque de respirer, te faisant tourner la tête, et là dans un cri simultané vous trois jouissez en même temps… sentir leur semence exploser en même temps dans ta chatte et dans ton cul, au plus profond de toi, sentir ces deux hommes jouir en toi exactement en même temps déclenche un cataclysme intérieur , prise de spasmes, tu trembles et respires fort de longues minutes avant de retrouver tes esprits…

    les 2 hommes à côté de toi te carressent doucement la peau du dos et des fesses, cela te fait du bien un peu de douceur après tant de sexe brut, et un peu dans les nuages, toute retournée d’une telle baise, tu demandes alors au garagiste ce que vas te couter la réparation de la voiture…

    « la voiture ? » dis t il, amusé…. « mais elle a rien la voiture à peine quelques éraflures à l’avant »…

    • Et bien Max, là j’adore l’imagination de ton scénario, et l’idée de me faire prendre comme ça et ayant les deux sexes en moi en même temps, huumm. Là tout de suite j’ai envie de sexe, de hardeur, je suis mouillée et ouverte à souhait

      • comme quoi d’avoir lu un peu de san antonio ça peut servir !! bon j’ai fait de mon mieux sur deux scénars (surtout sur le dernier ou je me suis laissé aller) j’espère que d’autres posteurs suivront et que l’on pourra te faire dévoiler un peu plus ce que cache cette jupe… l’enjeu est de taille alors messieurs dames, à vos plumes et claviers.

        sinon pour le reste j’aimerai pouvoir t’aider, vraiment, ne te reste plus qu’à répondre à mon mail.

        voyons voir si t’es sérieuse. 😉

  7. Je tiens les compte pour ma femme qui n’en peut plus d’aller se caresser à cause de vos jolis scenarii. Nous sommes à 7 scenarii. Pour voir un peu plus de ma petite salope de femmme, il me faut encore 3 scenarii…

    • train lunéa 4631, bordeaux/paris austerlitz via toulouse matabiau.

      ton planning t’oblige à prendre un train de nuit afin de te rendre à paris, avec un foutu changement à toulouse en plein milieu de la nuit, bref la galère.

      partie de bordeaux vers 21h30, te voilà sur les quais de la gare de matabiau avec plus d’une heure d’attente, tu mets à profit ce laps de temps pour te détendre au buffet de la gare grâce à un bon chocolat chaud.

      à cette heure la salle est presque vide si ce n’est à quelques tables de toi un couple de jeunes d’à peine vingt ans, elle en jupe fendue, lui en jean, bien collés l’un à l’autre sur la banquette en skai marron, mettant à profit leur jeunesse et leur insouciance pour s’embrasser longuement, à pleine bouche, se frotter doucement l’un à l’autre et se caresser mutuellement sous les épaisseurs de vêtements qui les recouvrent.

      nostalgique, tu repenses à tes jeunes années, pas si lointaines, et te rappelles qu’effectivement, poussées d’hormones et curiosité aidant, tu n’étais pas toujours des plus discrètes toi non plus lors de tes embrassades amoureuses, laissant aussi aller langue, mains et doigts dans des explorations à la limite de la bienséance, y compris en public.

      elle est révolue cette époque jeune âge était synonyme de liberté et de prise de risques, bien que désormais tu ais beaucoup plus d’expérience tu ne t’es plus laissé aller avec autant de passion à simuler un quasi coît, dans un lieu public à l’instar de ces deux amoureux intrépides.

      tu termines ton chocolat chaud, dont le fond est encore tiède, sucré, épais et crémeux comme tu l’aimes, et l’heure approchant te diriges vers le quai ou tu grimpes dans ton wagon, rejoins la cabine couchette qui t’es attribuée, t’installes tranquillement et te laisses doucement porter vers un demi sommeil plein d’images érotiques ou tu te remémores jeune et très hardie dans les bras de tes amants de l’époque.

      brusquement, la porte de la cabine s’ouvre, et, ô surprise, toujours se frottant l’un à l’autre, le jeune couple de tout à l’heure s’invite dans ta cabine…ils marquent tous deux un temps d’arrêt voyant que la cabine est occupée, se redonnent difficilement une contenance (surtout le jeune homme dont le blue jean présente une bosse explicite à l’entrejambe), verrouillent la porte et commencent à s’installer…croisant le regard pétillant de la jeune blonde, vous échangez un sourire complice, puis tu les observes grimpant tous deux sur la même banquette du haut…

      tu notes que la fille n’a pas de culotte sous sa jupe, ce détail finissant de t’exciter, tu commences à te caresser à travers tes collants, discrètement, sous la couverture, puis y pratiquant un trou à t’enfiler deux doigts auparavant humectés de ta salive…

      bouche entrouverte et yeux voilés tu tournes ta tête vers tes deux co-voyageurs allongés côte à côte sur le flanc, lui derrière elle, tête enfouie dans son cou et ses cheveux… la jeune femme blonde ouvre les yeux, te sourit encore, puis comme un signal passe sa main droite par dessus la couverture, se lèche longuement les doigts puis, te fixant toujours, la glisse à nouveau dans la chaleur des draps, vers une direction que tu devines…une seconde ou deux, puis un petit elle se mord doucement les lèvres, ferme doucement les yeux puis les rouvrent, te transperçant encore du regard.

      tu mouilles à fond maintenant, cette blonde au visage d’ange t’excite vraiment, et vous vous masturbez en vous observant quelques minutes.

      il semble que son petit copain s’enhardisse lui aussi, et tu perçois de petits mouvements de bassin très rapides sous le tissu, cherchant un contact dans les yeux de la coquine blonde, tu y trouves ce que tu espérais : un regard un peu perdu, durci et chaud à la fois, reflet de la baise à peine cachée à laquelle s’adonne les 2 jeunes…

      la jeune salope soulève alors la couverture qui les cache, soulève sa jambe droite et te laisse admirer le spectacle de la bite de son mec s’activant sur sa belle chatte aux poils blonds et soyeux parfaitement taillés en ticket de métro…

      tu es de plus en plus excitée, et c’est au moment ou tu enfonces facilement 4 doigts en toi que tu sens le regard du jeune mec se poser sur toi, et effectivement, tout en baisant sa partenaire, le mec te regarde lui aussi…tous deux semblent encore attendre quelque chose de toi…

      la porte étant verrouillée, tu te décides à montrer ce que cache ta couverture, et la faisant tomber à terre tu te tournes, jambes écartées, dévoilant à tes hôtes d’une nuit ta chatte lisse, suintante de mouille, dans laquelle tu remues sans t’arrêter 4 doigts enfoncés jusqu’à la garde…

      les 2 jeunes exhibs, semblant atteindre le nirvana à la vue de ton élasticité, bougent de plus en plus vite l’un sur l’autre, s’embrassent, laissant voir leurs langues roses s’entremêler, et sentant la fin proche et n’en pouvant plus toi même, tu t’approches d’eux, debout sur l’échelle, embrasse la fille puis le mec, passe ta main sur son clito que tu pinces et titilles avant de prendre en main et de lécher les couilles dures comme du bois du jeune homme…

      plus vite, plus vite, il s’active en elle, tous deux n’arrivent plus à contenir de petits gémissements, halètements, soupirs, leur respiration est courte et très rapide, tu serres un peu plus fort les couilles du mec et fait vibrer ton autre main sur le clito de la nymphette blonde, tu plonges ton regard en eux successivement puis tu vois, tu vis leur orgasme en direct, lui et elle tremblant de partout comme deux possédés…

      tu la carresses doucement sur les seins et le visage, embrasse sa bouche si fine, puis pour parfaire le travail tu sors toi même la queue de sa chatte palpitante, la suce goulument pour récupérer tout le sperme et la mouille mélangés à sa surface, puis écartant un peu la jambe de la jeune libertine, elle t’appuyant doucement la tête sur son bas ventre tu lui lèches la chatte, avidement, la fouillant de tes doigts et de ta langue pour t’abreuver de toutes les sécrétions qui s’y trouvent, semence et cyprine dont tu aimes tant le gout, et enfin, guidée par la fille qui te tire par les cheveux vers sa bouche, tu lui roules une pelle ou vous vous bouffez mutuellement, elle te donnant de sa salive, toi le mélange de sucs que tu as bu à sa source….

      ne sachant trop quoi dire après cet épisode torride, le jeune homme et sa partenaire se présentent à toi, damien et léa, comme c’est chou… puis ils te demandent comment tu t’appelles, tu lui réponds simplement «moi c’est sandy…dans ces circonstances je dis que je m’appelle sandy la salope…alors faites comme vous voulez… »

      encore loin du niveau de perversité et de connaissance sexuelle que tu as atteint les 2 amoureux se regardent un peu dubitatifs, tu esquisses un sourire puis tu poses ton index sur tes lèvres jointes en forme de O…
      « chuuutt !! » fais tu… « il est tard, je pense que nous devrions pouvoir dormir facilement maintenant, n’est ce pas ? » tu les embrasses, chacun de façon si douce que vous pourrez passer tous les trois une nuit pleine de rêves coquins, t’allonge sur ta couchette et ferme les yeux, espérant secrètement que damien et léa se lèveront dans la nuit pour t’honorer d’une baise improvisée…

      • suite des aventures ferroviaires de sandy.

        ….

        tu dors, allongée sur ta couchette dans cette cabine ou flotte encore l’odeur du sexe, et peu à peu, par paliers, tu t’extirpes du sommeil, ouvrant doucement les yeux et t’enquérissant des sons alentour…

        si ce n’est le bruit monotone du train sur les rails tu entends que ça s’agite dans le couloir, des portes s’ouvrent, se ferment, des gens chuchotent, circulent dans un sens ou l’autre, et tu vois sous le store poindre quelques rayons lumineux, ce qui confirme tes sensations : le jour est là, et il semble que l’arrivée à austerlitz soit proche.

        tu regardes l’heure sur ton portable, effectivement, encore 20 minutes et tu seras arrivée à destination.

        tu reprends tes esprits, rejette la couverture qui te couvre, et te rappelle la soirée passé ici, dans cette cabine avec les 2 jeunes gens qui t’accompagnent.

        tu observes la couchette du haut, devines la forme des 2 corps assoupis l’un près de l’autre, et repensant à ce qui s’est passé sourit et…commence à ressentir à nouveau cette insatiable excitation qui t’habite, tu te dis qu’il est bien dommage que ni damien ni léa n’aient pris la peine de te réveiller pour une baise dans la nuit, cela aurait certainement modéré tes ardeurs matinales…

        tu es tirée de tes pensées par la sonnerie de téléphone portable venant de la couchette supérieure, ce qui marque là le réveil des 2 jeunes amants.

        vous vous dites bonjour, tu souris à la belle nymphette ensommeillée puis au jeune homme qui l’accompagne, et toujours très volontariste quand il s’agit de baise, tu leur indiques qu’il existent des douches à la gare et tu leur proposes d’en prendre une une fois arrivés.

        ravis à cette idée, se sentant « encroutés » par leur nuit et voyant là une invite à de nouveaux jeux avec toi, les deux apprentis libertins acceptent, et lorsque le train arrive à destination tu prends la tête de votre petit groupe pour le diriger vers les douches, à gauche au bout du grand hall.

        vous vous présentez à la robuste noire qui tient l’accueil des sanitaires,
        et tu oses lui demander si il est possible de rentrer à trois dans une même cabine… elle lève un sourcil, vous regarde par dessus ses lunettes, sourit de façon entendue et dit « oh vous savez il est encore tôt et on voit de tout ici, alors 2, 3, 4, faites ce que vous voulez, mais n’oubliez pas que vous n’avez que 20 minutes… » ponctuant ses paroles d’un clin d’oeil grivois…

        tu lui demande 3 serviettes et le nécessaire de toilette, plaçant sur la tablette les 15 euros nécessaires au paiement…

        vous pénétrez tous les 3 dans la salle carrelée de blanc, choisissez une cabine, spacieuse, pour y disposer vos affaires, et vous commencez à vous déshabiller tout en vous embrassant et vous jaugeant.

        léa est une jeune femme à la chair ferme et à la peau dorée, ses seins pointent fièrement leurs tétons durcis devant eux; damien est un jeune homme un peu maigre, ce qui rend son érection plus visible encore.

        ensuite tout s’enchaine, tu fais couler de l’eau très chaude de la douche, la vapeur flotte et vous enveloppe dans sa moiteur…tu t’empresses de te mettre à genoux pour prendre le jeune priape dans ta bouche puis c’est au tour de léa de venir, d’abord en duo vous lui sucez les boules, le gland, le manche, il a l’air au septième ciel puis tu laisses la jeune femme se débrouiller…

        pendant que tu fouilles dans ta valise à la recherche de ton vibro, celle ci le fait s’asseoir sur le banc, sexe tendu, et vient dos à lui l’introduire très doucement en elle, dans son cul.

        décidément, voyant cela tu te dis que la salope est bien gourmande, et qu’elle n’en accueillera que mieux le sex toy que tu tiens en main.

        effectivement, pendant qu’elle se fait limer le cul, léa voit l’objet brillant, et afin de mieux s’offrir à toi et ton jouet remonte ses pieds sur le banc, jambes bien écartées et genoux bien hauts…

        l’appel est clair, tu t’approches, enclenches le mécanisme du toy

        « vibbbbbrrrrrzzzzzzzz »

        tu le fais passer sur le clito de la petite salope, que la vibration et le contact du métal froid font frissonner puis tu enfonces cet objet métallique dans les chairs de léa, bien profond dans sa chatte… à l’unisson, toi et damien remuaient vibro et chibro en elle, tout en l’embrassant, lui bouffant les tétons prêts à exploser, toi lui léchant le clito, ajoutant de ta salive au lubrifiant naturel qui s’écoule d’elle…

        le temps passe, trop vite tu le sais, et d’une parole tu demandes à léa de se lever, tu lui dis que c’est à ton tour de ramasser, que tu n’en peux plus depuis hier et que tu aurais aimé être baisée par eux dans la nuit, comme une pute offerte… et tu lui tend le vibro encore en marche.

        « vibbbbrrrrrrrrzzzzzzz »

        tu fais s’allonger damien au sol, t’assois sur sa queue face à lui, puis tu écartes bien des deux mains tes fesses, dévoilant un trou du cul parfait, rond et plissé, rose et brun…

        excitée par tes attitudes de chienne quasi professionnelle, léa prend le vibro dans sa bouche, dépose beaucoup de salive dessus, ça lui coule sur la poitrine tellement elle en met, puis tu la sens s’approcher, te lécher l’anus, y introduire un doigt puis deux pour préparer le terrain (il n’y a guère besoin de ça, mais ça t’excite encore plus !!!) puis enfin, toujours en marche, t’enculer violemment avec le vibro…

        tu sens monter le plaisir, très vite, damien s’acharnant sur ta chatte, et léa remuant très fort le vibro dans ton cul.

        ensuite la blonde y laisse le vibro en marche, vient se placer face à toi, pose son cul sur le visage de damien qui continue à te baiser tout en lui lèchant la chatte et le fion…

        surexcités, pris par le temps, vous faites corps, magma de chair à même le carrelage, tu embrasses cette bouche rose, aux lèvres si fine et douce, vos langues se mêlent, vos salives s’échangent, tu passes ta main sur son bas ventre, et pendant que damien continue de lécher sa partenaire et de te baiser de plus en plus fort, tu enfonces trois doigts dans sa belle chatte soyeuse, et de la main gauche lui pince très fort un téton…

        tu te sens proche de jouir…

        ce qui arrive très vite, le vibro toujours dans le cul, les doigts toujours en léa, tu jouis fort, et damien à son tour, le sexe comprimé par l’objet placé en toi, jouit fort, tu sens sa bite battre et palpiter, puis vient enfin le tour de léa, qui s’est penchée en arrière pour que tu puisses mieux l’admirer et la baiser de ta main, léa que tu baises violemment, enfonçant ta main presqu’entière dans sa chatte aux lèvres gonflées… le vibro toujours dans le cul, faisant affluer la jouissance par vague, tu la branles au maximum et elle jouit littéralement sur ta main, de la cyprine coule et gicle sur ton avant bras, tu en prends même sur la gueule, te léchant le visage autant que possible….

        vous reprenez doucement pied avec la réalité, passez tous les trois sous la douche chaude, vous savonnant et caressant tous les trois, puis vous vous rhabillez et sortez de la cabine…

        tu constates à ta montre que vous avez largement dépassé le temps imparti, et au moment de sortir tu t’arrêtes à l’accueil, allonges un billet de 20 et sourit en faisant à ton tour un clin d’oeil à la noire sympathique qui sourit elle aussi :

         » alors, vous avez eu du temps en rab, c’était assez?  » tu rougis un peu la remercie de sa compréhension, presque honteuse, puis tournes les talons pour rejoindre tes 2 partenaires de voyage.

        vous vous quittez là, toi vers tes devoirs professionnels, eux vers leur avenir…

        chacun la tête emplie des images de ce voyage pas comme les autres…

      • j’adore ton scénario, tu es un homme bien chaud et tu as des fantasmes que j’aime, j’en mouille sans cesse son string

    • yep, c’est pas avec le scénar’ suivant que sandy va arrêter de se doigter, j’espère qu’au moins tu profites au maximum de son corps et de ses orifices moites ça serait dommage qu’un si beau cul d’une femme si gourmande ne soit pas utilisé à ses pleines capacités !!

      si tu la baises aujourd’hui ou ce soir mets lui en plein le cul de ma part.

      ça fait sept scénars, le dernier appelant une suite, on va pas tarder à atteindre les 10, j’espère que tu nous récompenseras de belles photos…

  8. et de 9.

    je vais envoyer une candidature chez dorcel tiens, scénariste porno, une nouvelle carrière s’offre à moi !

    bon je crois que je vais faire une pause scénario et laisser d’autres personnes faire travailler leur méninges, l’érotisme littéraire me surexcite à la longue, bien plus que de bêtes images pornos finalement, puisque nous pouvons laisser notre imagination travailler au contraire des images ou notre esprit est téléguidé, et ou tout est si formaté, identique.

  9. Vous recevez un mail provenant d’un riche octogénaire, Pierre, qui se trouve être propriétaire d’un magnifique château situé dans une immense propriété perdue en auvergne.
    Il se trouve que ce riche propriétaire, amateur de bonne chair, particulièrement accro au net, est, par le plus heureux des hasard, tombé sur votre site.
    Il ne cesse de fantasmer sur Sandy. Et de venir régulièrement sur le site pour s’exciter à chaque savoureuse nouvelle aventure.
    Il se décide donc à vous inviter dans sa propriété. Il espère bien pouvoir se délecter de Sandy, nue ou habillée, posant langoureusement devant l’appareil de son mari partout dans le château, et pourquoi pas même dans les jardins.
    Vous ne vous faites pas prier, et convenez d’une date.
    Un beau weekend de Juin…

    Le vendredi soir arrive, et une magnifique limousine vous attend en bas de chez vous afin de vous conduire. Il y a même du Champagne au frai.
    Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour savoir ce que vous faites à l’arrière.
    Vous apprendrez plus tard qu’une caméra vous à filmé tout du long. Et que cela a énormément plus à Pierre.

    Vous arrivez sur place, à l’heure pour un somptueux diner, Pierre ne lésine pas.
    Fatigués, mais heureux et rassasiés, enfin pour le moment.

    Pierre profite du repas pour expliquer ce qu’il souhaite. Rien de bien extravagant.
    Mais la demeure est somptueuse, tout comme la chambre qui vous est réservée.
    Une gentille séance photo se profile. Mais où est donc passé le Pierre pervers du mail?

    Légèrement frustrée, Sandy est intenable une fois la porte de la chambre à coucher fermée.
    Qui pourrait bien s’en plaindre.
    Vous vous endormez tard dans la nuit, fatigués comme rarement. Mais Sandy semble calmée.

    C’est alors, sans vraiment savoir combien de temps s’est écoulé, qu’une fessée puissante mais pas brutale te réveille, Sandy.
    Tu ne sais pas où tu es. Toujours au château? Ailleurs?
    Il fait bon. Et il n’y a absolument aucun bruit.
    Tu n’es pas seule, mais tu sais que ce n’est pas ton mari qui vient de te claquer les fesses. Un mélange de frayeur et d’excitation te gagne.
    D’autant plus que tu ne peux rien voir, tes yeux sont bandés.
    Tu es couchée sur le ventre, sur ce que tu penses être une table de massage, celles avec un trou pour la tête…
    Tu sens que tes bras sont attachés dans ton dos, et que tu portes (quelqu’un t’a donc déshabillé…) une nuisette moulante en soie.
    Tu sens tes chevilles attachées solidement également. Et serait-ce des collants que tu portes?
    La sensation est là, mais entre collant et bas, impossible de savoir.
    D’ailleurs, tu ne portes pas de sous-vêtements…

    Mais tu sais, ou espères, ce qui va t’arriver.
    Une voix retentit alors, celle de Pierre.
    Vous me pardonnerez ce réveil soudain, dans de pareilles circonstances. Non, ne parlez pas. Nul besoin de vous inquiéter, il ne vous sera fait aucun mal. Vous êtes quelqu’un de tout à fait formidable. Et mes amis et moi allons profitez de votre corps comme de votre appétit sexuel hors norme.

    Tu sens alors une main parcourir ta jambe gauche pour lentement remonter vers tes fesses, et une langue faire de même sur ta jambe droit.
    Tu sens une main venir appuyer l’arrière de ta tête, afin que ton visage soit bien dans le trou de la table, très confortable au final, prévu à cet effet.
    Et une bite venir à la rencontre de tes lèvres. Un modèle plutôt imposant, au ressentit de la tension dans tes mâchoires. Et cet inconnu entamer un va-et-vient sans trop pousser trop profond. Mais à chaque mouvement de son bassin, tu sens bien qu’il essaie d’aller le plus loin possible.
    A ton premier haut-le-cœur, il se stoppe, et te bouche le nez.
    Pas longtemps. Mais l’effet est là. Tu es bien mouillée. Et ton corps commence à frémir.

    C’est a ce moment précis que tu sens deux mains puissantes t’arracher ton collant, parce-que c’est bien un collant après tout. Et une langue vient te lécher. Cul et chatte. Et tu entends bien que cet autre inconnu est entrain d’adorer ce qu’il fait.
    Et ce, pendant que le premier inconnu continue de te ramoner la gorge.
    Tu sens la langue s’attarder sur ton clitoris. Et il ne te faut pas très longtemps pour jouir une première fois. Tes gémissements de plaisir aidant, le premier inconnu finit par éjaculer longuement dans ta bouche avec un long râle.
    Pierre dit alors:
    Avale!

    Ce que tu fais.

    Deux mains te saisissent les hanches, et le deuxième inconnu te pénètre une première fois profondément, puis se retire. Tu as bien senti que lui aussi était très bien monté.

    Et tu ne peux t’empêcher de crier :
    Encore!!

    Il s’exécute et te prend sauvagement, le tout accompagné de puissantes fessées et de profonds râles de plaisir. Ses coups de reins sont puissants, et il te pénètre en profondeur. Sortant quasiment tout son chibre à chaque mouvement de bassin.
    Tu es aux anges…
    Il se retire brusquement, après peut être 10 bonnes minutes, et tu l’entends marcher en direction de ton visage, pour finir dans ta bouche.

    Un long râle, puis une voix grave:
    Putain tu es incroyable.
    Quelle salope!
    On va bien s’amuser avec toi.

    Tu sens la table monter presque à la verticale. Te voilà maintenant presque debout, mais pas suffisamment pour que tu tombes à la renverse, tu es toujours sur le ventre maintenue contre la table.
    Un inconnu ( le premier? le deuxième??) s’approche par derrière et tu sens son membre raidi entre tes fesses. Tu les remues afin de l’inciter à passer à l’action.
    Il passe sa main dans tes cheveux :
    Tu sens bon ma salope.
    Et il te saisit la nuque, fermement. Et commence à te doigter le cul. Un doigt, puis deux, puis trois.
    Tu es prête!?
    Et tu sens un gros gland forcer ton anus, doucement, avançant millimètre par millimètre, et tu sais à présent qu’il s’agit d’un troisième homme, car son sexe, toujours imposant, ne correspond pas à ceux qui t’ont déjà prise.
    Il est à présent bien rentré, et commence par de petits va-et-vient. Tu l’entends cracher. Et les va-et-vient deviennent plus faciles. Il recommence deux-trois fois.
    Et commence à réellement à t’exploser le cul.
    Tu n’en peux plus, après plusieurs gémissement, tu commences à crier à plein poumons:
    Oh oui!!! Vas-y!! Ne t’arrête surtout pas!!
    Et tu sens sa main venir titiller ton clitoris.
    Tu sens chacun de ses mouvements. Il va de plus en plus vite. Tu cries de plus en plus. Il est entrain de te ramoner l’anus. Et ses caresses sur ton clitoris t’emmènent à la limite de l’évanouissement.
    Survient un long râle, et tu sens qu’il vient d’éjaculer dans ton cul.
    Et il s’exclame:
    Crois moi ma salope, ton cul est incroyable.
    Jamais je n’avais joui aussi vite avec une sodomie.

    Tu tente de reprendre ton souffle. Ton corps tremble de partout. Mais tu es loin d’être comblée.
    Ce que ces trois inconnus semblent bien avoir compris.

    Des mains viennent détacher tes chevilles. Et d’autres t’attrapent afin de te transporter sur ce qui ressemble fortement à un lit.
    Les draps sont également en soie, et ils sentent incroyablement bon. Tes mains sont toujours attachées. Tu te retrouves sur le dos.
    L’un des trois se couche à coté de toi. Il t’attrape et te hisse sur son torse, que tu sens musclé. Ta tête est sur son épaule, et, même s’il est couvert de sueur, il sent également bon.
    Un deuxième monte sur le lit, te soulève, et te dépose sur le sexe, bien dur du premier, et tu sens sa bite te pénétrer profondément la chatte. Tu reconnais celui qui t’a pris la bouche.
    Puis c’est alors que le deuxième se glisse derrière toi, et fourre son sexe dans ton cul, tout en t’attrapant par les cheveux et te tirant la tête en arrière.
    Le premier t’attrape par les fesses, afin de pouvoir te soulever légèrement.
    Et tous les deux, de concert, te prennent aussi sauvagement que la position le permet.
    Ballotée dans tous les sens, n’ayant plus le contrôle de ton corps, tu n’as d’autre choix que te laisser complètement aller. Tu te détends complètement.
    Et cette double pénétration, dont tu sens chaque coup de reins, t’emmène à la limite de la suffocation tant tu as du mal à reprendre ton souffle.
    Le plaisir est intense.
    Et ils ne te ménagent pas. Leurs va-et-vient sont rapides et violents. Tu jouis plusieurs fois de suite.
    La sensation est incroyable.
    Tu ne sais combien de temps cela dure, mais les deux finissent par jouir. Celui dans ton cul le premier. Il se retire.
    Et celui sur lequel tu es assise, ta tête étant retombée sur son épaule, les mains agrippant toujours fermement tes fesses, accélère le mouvement afin de jouir du mieux qu’il peut!!!
    Et quel râle!!
    Il te dépose délicatement sur le lit. Et te dit:
    Reprend ton souffle et tes esprits, on te veut en forme pour le final.

    Tu fais du mieux que tu peux. Mais, outre le trajet en voiture, et la frustration que tu as rejeté sur ton mari, tu sens bien que tes limites sont proches. D’autant que tu commences à être couverte de sperme.
    Mais, en tant que vrai salope, tu es pressée de découvrir le final.
    Un des inconnus revient sur le lit, te remet sur le ventre. Et commence à t’enculer:
    Qu’est ce que j’aime ton cul!

    Et tu sens une de ses mains venir prendre ton cou, et le serrer doucement. Suffisamment pour que tu sentes le sang te monter légèrement à la tête. Et lui ne se ménage absolument pas. Il te bourre les fesses avec sauvagerie.
    Il s’arrête brusquement, se retire de ton joli cul, et te pénètre la chatte. Il tire ta tête en arrière, en maintenant sa pression autour de ton cou. Tu hurles de plaisir.
    Il continue comme ça encore longtemps, intervertissant à chaque fois qu’il se sent proche de l’éjaculation.
    Puis il s’arrête, se retire et descend du lit.
    Un autre inconnu arrive et fait de même.
    Il s’arrête et descend.
    Le dernier fait également de même.
    C’est tellement bon. Tu cries:
    Encore! Encore!

    Tu sens alors qu’on te détache les mains.
    Puis la voix de Pierre surgit:
    Vous avez été parfaite. Maintenant, dites moi ce dont vous avez envie avant que ces trois mâles ne s’en aillent.

    Ce a quoi tu répond:
    Je les veux tous en même temps.

    Et ils s’exécutent.
    Les mains désormais libres, tu t’assois sur le premier, mais de dos, afin de te prendre sa bite dans le cul. Le deuxième s’invite dans ta chatte, et tu cries au dernier:
    Fourre moi ta bite dans ma bouche.

    Et tu te fais prendre sauvagement! Comme une chienne, comme une salope.
    Tu jouis encore plusieurs fois.
    Et tous jouissent en même temps, chacun dans un de tes charmants trous.

    Tu finis couchée sur le lit, proprement exténuée.

    Puis Pierre dit:
    Tu as été magnifique. Tu te réveilleras dans ta chambre tout à l’heure.
    Ne t’inquiète pas, j’ai pris mon pied à filmer tes prouesses. Et je donnerai une copie du dvd à ton mari.

    Tu t’endors. Et te réveille à coté de ton mari. Tu lui racontes tout. Il bande. Tu le suces.
    Vous baisez.
    Puis direction le château pour la séance photo.
    Puis vous rentrez chez vous…

    • J’ai totalement et éperdument adoré ce scénario, si seulement il pouvait être vrai, maintenant j’ai juste envie de sexe, j’ai envie de me faire prendre partout à la fois, dans ma chatte, dans mon cul, dans ma bouche, j’ai envie que ce scénario devienne réalité.
      qu’en penses-tu ?
      Ta salope

  10. J’ai écrit ce scénario en pensant à toi. C’est toi qui me l’a inspiré.
    Que tu souhaites qu’il devienne réalité me ravit énormément.
    Qu’il te plaise me ravit encore plus!
    Ton Fan!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *